Un documentaire sur le rap et Y’en a marre


Rama Thiaw, 34 ans, jeune réalisatrice sénégalaise, auteure du documentaire Boul Falle, sur la vogue de la lutte traditionnelle chez les jeunes des banlieues de Dakar, travaille à un nouveau film. Son titre : « The revolution won’t be televised », inspiré d’un poème de Gil Scott Heron, poète africain-américain (1949-2011) et l’un des parrains du hip-hop.

Le sujet, à la fois musical et politique, porte sur le mouvement Y’en a marre, initié par le groupe de rap Keur Gui, qui a participé à la fronde de 2011 et 2012 pour défendre la Constitution et la démocratie au Sénégal.

Rama Thiaw a filmé de mi-janvier à fin mars 2012 à Dakar les émeutes qui ont marqué la longue crise pré-électorale d’avant la présidentielle de mars 2012. Des scènes de colère contre le projet d’Abdoulaye Wade, le Président sortant, de se maintenir au pouvoir. Sous la pression de la rue, ce dernier a dû renoncer à modifier la constitution pour se faire réélire au premier tour avec seulement 25% des voix.

« Nouveau type de Sénégalais »

Sur le collectif de jeunes Y’en a marre, Rama Thiaw ne tarit pas d’éloges.

« Je n’ai jamais rencontré des artistes aussi intègres, si intègres que les filmer est devenu forcément nécessaire, ne serait-ce que pour me dire que je ne rêvais pas. »

Pour terminer son film, qui sera aussi un portrait de Thiat et Kilifeu, les deux rappeurs de Keur Gui, la réalisatrice cherche des fonds via une méthode de financement dénommée « crowdfunding » – un appel via ce lien aux amis et donateurs parmi le public.

Source : rues-dafriques

Répondre à cet article