Top corruption au Sénégal


CORRUPTION AU SÉNÉGAL EN 2007 : Les partis politiques remportent la vilaine palme

Le forum civil a procédé hier au lancement du Rapport sur le Baromètre Mondial de la Corruption 2007 de Transparency International. D’après le rapport, les partis politiques occupent la première place en matière de corruption.

« Cette année, il est dit que les partis politiques sont les plus corrupus. On a beaucoup parlé d’achat de conscience durant les élections présidentielles. 73% des sondés pensent que dans les années à venir, la corruption ne va pas diminuer » estime Mamadou Seck, directeur éxécutif du forum civil. Selon M.Seck, en dehors des partis politiques, les autres secteurs touchés par la corruption sont la police, les médias, les services délivrant les papiers administratifs, les familles religieuses, les Ong, la justice. Le forum civil déplore l’absence de lois organisant le financement des partis politiques. Il salue le code des marchés publics, mais estime que le retard pour sa mise en place est dû à la non installation d’institutions pouvant l’accompagner pour son applicabilité. Le directeur exécutif précise que depuis 1998, le Sénégal reste toujours dans la zone critique, en dessous de la moyenne qui est de 5.Toujours selon le forum civil, le Sénégal a occupé en 2006 la 71ème place sur 180 pays. Pour lutter contre la corruption, le forum civil pense qu’il faut un renforcement du cadre normatif par la mise en place de règles, de procédures et de systèmes de contrôle pour assurer la transparence dans la gestion des affaires publiques ; ainsi qu’une justice indépendante qui doit se doter d’un système répressif afin de punir toute pratique corruptive. Rappelons que le baromètre mondial de la corruption traite de manière sectorielle cette pratique au sein d’un pays donné, et est le fruit d’un sondage d’opinion auprès des populations et des ménages. Le forum civil estime que plusieurs décisions prises au sommet de l’Etat sont sources de corruption, notamment la restriction à l’accès à l’information des comptes de l’ANOCI, et l’attribution d’une nouvelle licence de téléphonie a Sudatel qui est entourée d’une certaine opacité.

Aichatou DIALLO (Stagiaire) et Massaër DIA Source : Le Matin

L’Ong Transparency international accuse : La police sénégalaise est corrompue

Le Forum civil, section sénégalaise de Transparency International, a publié hier, le baromètre mondial de la corruption. Celui-ci traite de la perception de la corruption de manière sectorielle par les populations dans le monde et dans un pays donné. Au Sénégal, cette année comme les autres années la police est au banc des accusés.

L’examen des pourcentages des personnes interrogées renseigne que la corruption existe bel et bien au Sénégal. En effet, notre pays se classe 71e sur 180 avec un score en dessous de la moyenne qui est de 5 points. Il convient aussi de souligner que le degré de corruption varie d’un secteur à un autre. Ainsi à la question des enquêteurs : ‘Dans quelle mesure pensez-vous que les secteurs suivants de ce pays ou de cette région du monde sont touchés par la corruption ?’, le tableau récapitulatif de la perception des populations interrogées sur le degré de corruption des différents secteurs et institutions au Sénégal révèle qu’en 2007, comme par le passé, la police est perçue comme étant un des secteurs les plus corrompus de notre pays. En effet, 4 personnes sur 10 au Sénégal estiment que, effectivement, la police est corrompue. Pourtant, elle arrive au deuxième rang derrière les partis politiques. Dans tous les cinq autres pays africains sondés, à savoir le Cameroun, le Ghana, le Nigeria et l’Afrique du Sud, la tendance globale est que c’est la police qui est perçue comme étant le secteur le plus corrompu.

Mouhamadou Seck, le secrétaire exécutif du Forum civil a dénoncé cet état de fait, tout en tentant de fournir quelques éléments d’explication ‘La corruption dans la police est une petite corruption, mais à grande échelle’, a laissé entendre hier, le secrétaire exécutif du Forum civil. Pour lui cette corruption s’explique par le fait que la police est sollicitée par le grand public qui a besoin d’un certain nombre de documents administratifs. ‘Il faut dire que la police est sollicitée par le grand public, notamment les automobilistes sur le terrain, les usagers qui ont besoin de certains documents administratifs. Tous ces gens ont besoin chaque jour de la police qui n’est pas souvent en mesure d’apporter des réponses rapides à leurs demandes, ce qui fait que les usagers ont recours souvent à la corruption’, explique Mouhamadou Seck. Ajoutant que l’accueil pose souvent problème dans les commissariats. Ce qui fait que les usagers qui font appel à la police font tout pour que leur présence soit la plus courte possible. ‘Souvent la proposition ne vient pas de l’usager, mais de la police’, dit-il. Selon toujours le secrétaire exécutif du Forum civil, le mauvais ‘traitement salarial très bas’ de la police favorise la corruption de ses agents chargés d’appliquer la loi sur le terrain.

Pour lutter efficacement contre la corruption dans la police, Mouhamadou Seck pense qu’il faut une amélioration des salaires des policiers, le transfert de certaines activités dévolues à la police comme les légalisations, les déclarations de pertes entre autres aux mairies à défaut de les rendre gratuites. Selon toujours, le secrétaire exécutif de la police, il faut également la création d’une police de la police pour lutter contre la corruption.

Pour ce qui est de la circulation, Mouhamadou Seck estime qu’il ‘faudrait un meilleur comportement du citoyen en respectant les règles du code de la route. Ainsi il sera moins appréhendé par la police’. ‘Mais aussi il faut chercher à dénoncer les agents véreux pour lutter contre le fléau de la corruption’, suggère-t-il.

Auteur : Mamadou SARR

Source : Walf

Répondre à cet article