Tiken Jah Fakoly tacle la famille Wade et défend Macky Sall

L’artiste ivoirien qui a regagné récemment son pays après cinq ans d’exil au Mali est arrivé à Dakar mardi dans l’après-midi. Tiken Jah Fakoly, une des strars incontestées au raggae en Afrique, doit assurer plusieurs spectacles dans la capitale sénégalaise. Mais il ne s’est pas gêné à donner son point de vue sur la marche du Sénégal depuis l’arrivée au pouvoir du président Abdoulaye Wade en mars 2000.


MP3 - 2.2 Mo
Tiken Jah sur RFM

En effet, interrogé par la presse sénégalaise, Tiken Jah Fakoly a d’emblée indiqué qu’après l’avènement de l’alternance du 19 mars 2000, le Sénégal était bien parti et on espérait qu’il serve d’exemple aux autres pays du continent africain. Toutefois, le chanteur ivoirien est d’avis que le régime d’Abdoulaye Wade a finalement déçu. Même si, dit-il, quand on se promène à Dakar, on constate qu’il y a des chantiers un peu partout. Et ce qui semble le plus avoir déçu Tiken Jah Fakoly, c’est l’immixion de la famille Wade dans la gestion des affaires du pays. Selon lui, Wade doit éloigner sa famille de la gérance de l’économie. Justement, à propos de cette affaire dite de la convocation par l’Assemblée nationale de Karim Wade, fils du président Wade et président du Conseil de surveillance de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci), l’artiste ivoirien est d’avis que la représentation parlementaire a bel et bien le droit de convoquer le leader de ce mouvement dit de la « Génération du concret ». Aussi, l’artiste proclame-t-il son soutien à Macky Sall, ancien Premier ministre et actuel président de l’Assemblée nationale du Sénégal. Toujours égal à lui-même, Tiken Jah Fakoly a encore lancé des piques aux dirigeants africains qu’il accuse de se servir au lieu de servir l’Afrique. Selon lui, si le continent noir est marginalisé et exploité, c’est à cause de la division notée entre ses dirigeants.

Source : Nettali

Répondre à cet article