Situation sociale et politique. « Makhtar le Kagoulard » dénonce la « Senemafia »

Exilé du Sénégal à la suite d’une tentative d’assassinat par des individus non identifiés, le rappeur Makhtar le Kagoulard, installé depuis aux Etats Unis, continue son combat et met le doigt sur les nombreuses plaies qui gangrène la société sénégalaise. Son nouvel album « Senemafia » produit par « Under Kamouf Records » en dit autant. Le rappeur y dénonce les « dérives » du pouvoir, « l’hypocrisie » d’une certaine classe religieuse entre autres.


Son engagement n’est plus à démontrer. Makhtar le Kagoulard ne baisse pas les bras pour faire triompher la vérité et la liberté d’expression. Ce jeune rappeur sénégalais, exilé aux Etats Unis après avoir échappé à une tentative d’assassinat, continue sa lutte et mène son combat citoyen de l’autre côté de l’atlantique. Cet engagement est couronné par la sortie d’un nouvel album intitulé « Senemafia » dans lequel, il dénonce le jeu politique, le pouvoir maraboutique, l’homosexualité imposée en pratique normale, l’éducation des jeunes qui est hypothéquée, etc. Pour tout ceci, Makhtar le Kagoulard demande la destitution du Président Wade par la voie des urnes.

Dans le tube « Wade Wadeu » (Chute de Wade), il déclare qu’il faut « nous liguer nuit et jour pour faire chuter le Président Wade ». Il trouve que c’est une nécessité « pour que notre pays recouvre la paix ». Dans ce tube produit par Franks B.I.G.S, Makhtar le Kagoulard demande au Président Wade de se rappeler du jour de son sermon en 2000. « Prési Wade rappelle-toi au Stade de l’Amitié en avril 2000, sous un soleil de plomb, une copie du Coran sous la main, quand tu avais levé la main droite et juré », dit-il.

Et de poursuivre : « Tout le Sénégal avait entendu ta voix retentissante, cette voix autoritaire qui avait fait que le Pds a été élu et le Ps déchu. C’était bien au Stade de l’Amitié quand tu jurais et élevais la voix pour annoncer un Sénégal nouveau avec une nouvelle économie ». Mais hélas, trouve-t-il, « en 2001 à l‘aube, tous les espoirs étaient anéantis et le désespoir s’était installé ». Car « les larmes du peuple se mêlaient déjà aux eaux des inondations sans qu’aucune solution durable ne soit apportée », dit-il. Selon Makhtar le Kagoulard, Président Wade est un président qui est prompte à proposer des solutions aux problèmes des autres alors que dans son propre pays ça ne va pas. « Ton règne suffit. Nous ne voulons plus de toi », fait-il.

Le chapelet des dénonciations du cagoulard ne s’arrête pas là. Le projet du monument de la renaissance préféré à d’autres projets de société plus importants à ses yeux, de même que les infrastructures routières font partie du réquisitoire. Il dénonce même l’ambition politique de Karim Wade qui est selon lui une tentative « monarchiser » le Sénégal. « Nous n’accepterons pas », a-t-il prévenu tout en demandant à Karim de s’aligner dans les rangs pour « ramper » comme les autres afin de mériter le pouvoir.

Makhtar le Kagoulard rajoute un commentaire aux cent autres qui avaient suscité la polémique en 2000. Le tube s’appelle « 101 commentaires ». Il y dénonce en 6 minutes 51 secondes les marabouts-négriers qui imposent à leurs talibés de leur fournir une certaine somme d’argent. « J’avais pensé que mes relations avec le sérigne seraient un jour comme le cure-dents et les dents, mais aujourd’hui c’est comme du feu pour moi. On ne voit que la partie immergée de l’iceberg qui n’est pas du tout fameuse », dénonce-t-il. « Je vais marcher à pied nu, sous le soleil ardent, car je sais que mon marabout va intercéder en ma faveur à l’au-delà. Il m’a demandé de lui apporter 50 000 FCFA », dit-il.

Il relate ainsi de jeunes individus qui ont quitté l’école pour se réfugier auprès de leurs marabouts pour qui ils quémandent l’aumône. Il s’en prend aux maux de notre société prise en otage par une certaine classe d’individus. Or, estime-t-il, ce sont les marabouts qui devaient dénoncer certaines pratiques mafieuses qui sont en cours dans notre pays, mais hélas. Pour preuve, soutient-il, l’homosexualité est devenue une pratique normale au Sénégal que l’autorité défend bien à coup de lacrymogènes. Les deux prières pendant la Korité et la Tabaski, les deux célébrations du « Tamkharit » sont autant de faits qui démontrent la division du tissu religieux dans notre pays.

Il faut rappeler que Makhtar le Kagoulard avait frôlé la mort entre 2000 et 2001 à la suite d’une agression essuyée vraisemblablement pour son tube intitulé « 100 Commentaires » dans lequel il dénonçait certains marabouts-négriers qui exploitent leurs talibés, mais aussi la classe politique et les tares de la société sénégalaise. Des individus jusqu’ici non identifiés avaient alors attenté à sa vie en l’invitant au Ravin Night Club pour la signature d’un contrat. Ces agresseurs armés de gourdins et de machettes l’avaient sérieusement blessé. Il était alors membre du groupe « Rap’adio ».

Makhtar le Kagoulard qui était accompagné ce jour-là de son ami KT avait tardivement compris qu’il était tombé dans un guet-apens. Cette mésaventure dont il se rappelle toujours serait l’une des motivations qui l’ont poussé à s’exiler aux Etats Unis où il vit présentement. L’album « Senemafia » est composé de 15 titres arrangés par Franks B.I.G.S.

Source : sudonline.sn

Répondre à cet article