SORTIE DU PREMIER ALBUM DE GORA MBENGUE ALIAS GOORMAK

« Niaxtu », un plaidoyer pour le changement de mentalité

Le rappeur GoorMak a fait face à la presse hier, lundi 12 novembre, au centre culturel Blaise Senghor pour préparer le lancement de son premier album qui sera bientôt sur les bacs. Intitulé « Niaxtu », cette production musicale est une invite pour le changement des mentalités des populations.


« Niaxtu », c’est le titre du premier Cd que l’artiste rappeur GoorMak vient de mettre sur le marché sénégalais. Le Cd est composé de 17 titres dont « Complexe », « Préjugé », « Buru M.I.C » et « Waxtu wi daaw ». Pour ne citer que ceux là. L’artiste-musicien aborde des thèmes très variés dont « Niak Wër », qui signifie en français « aucune santé ». Il fait le plaidoyer de l’accès à la santé de la population sénégalaise et lance un cri de cœur pour avertir les autorités. « Cette composition est une arme pour combattre les actes maléfiques et les comportements inconscients. Je profite de cet album pour dire tout ce qui ne va pas de manière objective ».

Interpellés sur la présence dans les chansons des artistes invités comme Gaston, Gunman Xuman, Matador, Ndongo D, Queen Biz entre autres, GoorMak, explique : « La musique c’est le partage. Et pour le partager, j’ai chanté avec des artistes musiciens pour avoir une variété de sonorités et d’influences. J’essais de le refléter à travers cet album ». Si je tiens à tendre la main aux autres c’est parque que la musique doit être partagée par la jeunesse africaine. C’est pour avoir aussi une symbiose des sonorités diverses » poursuit-il, avant préciser : « Je ne suis pas complexé d’apporter une chose qui m’appartient. Il ne faut pas sous estimer ce qui nous appartient. Il est temps qu’on montre et utilise nos richesses, notre originalité ».

A noter que Gora Mbengue alias GoorMak a commencé la musique rapp en 1995 à Thiaroye avec ses amis d’enfance avant de créer le groupe « Underground Way kan fippu ». Par la suite le rappeur a préféré faire une carrière qui lui a permis de former un duo avec le rappeur Matador. Il continue son chemin en intégrant les autres groupes de Rapp dont Wa BMG 44.

L’enfant de Thiaroye a d’ailleurs participé avec cette formation au festival « Waga Hip-hop » à Ouagadougou au Burkina Faso où ils ont sorti le single « Bouldém » qui parle de l’émigration clandestine.

Source : Sud

Répondre à cet article