Robert Bourgi : « Karim m’a bien appelé pour demander l’intervention de l’armée française au Sénégal »

Après le démenti des services de Karim Wade après les information publiés par l’hebdomadaire français « L’Express », Robert Bourgi a déclaré sur la Radio Futurs Médias (Rfm) que Karim l’a bien appelé vers 3 heures du matin le 27 juin dernier pour demander qu’il intercède auprès des autorités françaises en faveur de l’intervention de l’armée française au Sénégal.


A travers les ondes de la Rfm, Robert Bourgi, avocat au barreau de Paris et considéré comme le « monsieur Afrique de Sarkozy », a confirmé les écrit de l’hebdomadaire français « L’Express ». Il confirme que Karim Wade l’a appelé le 27 juin dernier vers 3 heures du matin. « Il m’a dit : « Tonton, Dakar et le Sénégal sont dans une situation quasi-insurrectionnelle. Les bâtiments administratifs brûlent. Ca chauffe de tous les côtés. Il y a des milliers de manifestants. On a saccagé et brûler les villas de trois ministres. Des gens ont été mis dehors. Tout va très très mal. On ne sait jamais avec les intérêts français », raconte Robert Bourgi.

« Je lui ai dit : « Karim, il faut que tu sois plus cohérent », ajoute-t-il avant de poursuivre que Karim lui a répondu : « On ne sait jamais. L’armée française est là pour quelque chose ». Là, Robert dit l’avoir immédiatement arrêté. « Je ne suis pas une autorité politique. Je suis avocat au barreau de Paris », lui répond-il.

Mais, apparemment apeuré, Karim ne lâche pas prise. Il revient à la charge pour lui dire : « Mais tu peux alerter tes amis, nos amis… », faisant allusion à Nicolas Sarkozy et aux autres autorités françaises qui sont dans les sphères de décision.

« Je lui répondu catégoriquement : « Je n’en ferai rien. C’est une affaire sénégalo-sénégalaise. A supposer que les intérêts soient menacés, je n’ai aucune légitimité pour te donner quelle que réponse que ce soit », rapporte Robert Bourgi. Il me dit : « mais alertez les au moins ».

Là, Robert se montre intraitable : « Karim, soit toi ou ton père a le contact du président de la République français, soit tu as le contact de plusieurs conseillers. Je ne suis pas habilité à saisir ces gens », relate Robert Bourgi sur les ondes de la Rfm. « J’ai refusé de la manière la plus nette et claire », conclut-il.

Source : nettali

Répondre à cet article