RSF s’inquiète pour la liberté de la presse au Sénégal

Reporters sans frontières (RSF) a exprimé mercredi ses inquiétudes après « des récents propos de dirigeants sénégalais selon lesquels ils souhaitent renforcer les mesures de censure à l’encontre de la presse indépendante ».


« Nous exprimons notre inquiétude suite aux discours tenus par le président Abdoulaye Wade et certains de ses ministres et députés », indique dans un communiqué l’organisation basée à Paris.

« La répétition de propos virulents à l’encontre des médias indépendants ne peut qu’aggraver le climat d’hostilité qui règne entre la presse et le gouvernement. Nous appelons les autorités sénégalaises à respecter le travail des médias et à laisser faire l’organe de régulation », selon RSF.

Le 26 juillet, au cours du journal télévisé de la Radio Télévision Sénégalaise (RTS), Farba Senghor, secrétaire national du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) a appelé ses militants à boycotter les médias soutenant l’opposition, rappelle RSF.

Il a également demandé aux entreprises du secteur public et à l’administration « de suspendre tous les contrats de publicité » avec ces médias.

Par ailleurs, au cours de sa récente visite à Chicago (Etats-Unis), le président sénégalais Abdoulaye Wade est revenu sur l’affaire des deux journalistes agressés par des policiers le 21 juin après un match de football, dans un stade de Dakar.

A la question d’un journaliste lui demandant s’il était prêt à déclarer qu’il condamnait cette agression, le chef de l’Etat a, selon RSF, répondu : « Qui est journaliste ? Ce sont des politiciens ! ». « Il a ajouté que la plupart des journalistes étaient corrompus », selon RSF.

Source : AFP

Répondre à cet article