Premier album de MAKKAN J : “Natangué”, le message lucide des jeunes de la banlieue

NATANGE, l’album-révélation de cette année 2008, est l’œuvre de MAKKAN J, un groupe de quatre jeunes rappeurs résidant à Fass Mbao, dans la banlieue dakaroise. Cet album, riche par la diversité et l’acuité des thèmes qui y sont traités, entre les maux de l’Afrique et l’espoir qui fait vivre.


Composé de quatre membres, Ngagne Dia alias Yaram, Papa Mamadou Ndiaye alias Raa, Youssou Diop alias Yanks, Balla Dia alias Manfou, le groupe MAKKAN J est créé en 1998. Mais c’est après dix ans, que ce groupe va surgir de l’ombre avec la sortie de son premier album Natange (terme qui pourrait se traduire par prospérité) au début de l’année 2008.

Avant la sortie de l’album, le groupe, confronté à des problèmes financiers, a beaucoup trimé avant d’émerger du lot. Il lui a fallu cinq ans pour l’enregistrement de ce présent album, faute de moyens, confie Mass Ndiaye, le manager. Seule une volonté de fer et un travail acharné, adjoints au soutien réconfortant de leurs aînés, précisément Ndongo D et Faada Freddy du groupe Daara J Family, ( les directeurs artistiques de l’album), a permis au groupe d’entrevoir les portes du succès. Son album, riche et diversifié par les thèmes qu’il aborde et les styles qu’il adopte, est donc le fruit d’un travail de longue haleine, qui honore en même temps le mouvement hip hop sénégalais, voire mondial de par sa qualité.

L’album, comptant en tout neuf titres, mis à part l’intro et l’interlude, est un condensé de messages forts destinés non pas seulement à nos gouvernants, comme à l’accoutumé, mais aussi aux populations d’Afrique et à la diaspora noire, qui ont « un rôle déterminant à jouer dans ce combat pour que l’Afrique émerge du gouffre où elle se trouve présentement », explique Mass Ndiaye. La mission de MAKKAN J, ajoute-il, est de porter haut et loin le drapeau du hip hop sénégalais, mais également d’éveiller les consciences. Toutes les chansons bien que traitant chacune d’un sujet bien précis, s’avèrent complémentaires et quasiment partout, apparaît la même complainte : l’urgence de se mobiliser et de combattre ensemble les maux qui gangrènent l’Afrique.

Dans le titre Natange (prononcer Natangué), le message délivré est celui de la mobilisation et de l’exhortation au travail des citoyens, des forces vives de la nation.

Les Sénégalais précisément sont interpellés pour bâtir ensemble leur pays et participer à son développement, car ils en ont la responsabilité au même titre que nos gouvernants. « Il est bon de critiquer, mais aussi il faut mettre la main às la pâte » estime Youssou Diop alias Yanks, l’un des membres du groupe.

L’unité africaine qui tarde à être effective, est chantée à travers le titre « Black Diaspora » et suppose l’implication des Africains d’Afrique comme ceux de la diaspora dans la lutte pour remédier à la désunion du continent. MAKKAN J a tenu à rendre hommage dans cette chanson à quelques uns de nos illustres devanciers qui se sont battus pour la restauration et le respect de la dignité des Noirs : Nelson Mandela, Patrice Lumumba, Martin Luther King, Thomas Sankara, Aïlé Sélassié.

Philippe SAMBOU

Source : Le Soleil

Répondre à cet article