Pour faire face à la grogne sociale : L’Etat sort ses chars de combat

Les forces de l’ordre ont pris les devants hier. Ils ont quadrillé la ville avec un impressionnant dispositif de sécurité, dont un char de combat stationné au rond-point de la Médina, qui a sans doute découragé les faiseurs de troubles qui manifestaient contre les longues coupures d’électricité de la Senelec.


L’Etat sort la grosse artillerie. En effet, c’est un impressionnant dispositif de sécurité que la police a déployé hier pour prévenir contre le phénomène des émeutes de l’électricité qui secouent la capitale sénégalaise depuis quelque temps. Ainsi, après les nombreuses patrouilles qui opèrent dans la ville et dans certains quartiers de la capitale, les forces de l’ordre ont brandi le char. En effet, au rond de la Médina, qui fait face à l’agence de la Poste, un de ces engins y est stationné depuis 19 h, pour prévenir d’éventuels incidents et dissuader les manifestants qui ont l’habitude de s’y donner rendez-vous pour manifester leurs humeurs. Placée à ce carrefour qui donne sur quatre voies principales, cette arme efficace suscite la curiosité et l’inquiétude de certaines populations de ce quartier périurbain.

A côté de l’engin, sept éléments du Groupement d’intervention mobile (Gmi) veillent au grain. Ils surveillent les mouvements des véhicules et des quelques personnes qui tournent tout autour de leur point de faction. La circulation, elle, n’est pas arrêtée. Les automobilistes circulent facilement. A l’intérieur des quartiers, pas l’ombre d’émeutiers. Certaines habitants vaquent tranquillement à leurs occupations tandis que d’autres sont qui dans la rue en petits groupes, qui dans les mosquées en train de s’adonner à leurs prières surérogatoires comme il est de coutume durant ce mois béni de Ramadan. L’emplacement de ce vaste dispositif à la Médina trouve tout son sens dans les affrontements qui y ont opposé la veille les populations aux forces de sécurité. En effet, dans la nuit de mercredi dernier, ce point a été le théâtre de violents affrontements qui ont occasionné beaucoup de dégâts et nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers, contrairement aux autres ‘points chauds’ de la capitale. Où le même constat est observé hier soir également. Des forces de sécurité bien armées guettent les faiseurs de troubles dans certains points stratégiques. Au boulevard du général De Gaulle, une fourgonnette remplie d’éléments du Gmi est positionnée en alerte maximale pour intervenir à tout moment. Le même décor est visible dans les tous quartiers réputés ‘chaud’ ces derniers jours avec un balai de limiers qui font des va-et-vient au moment où d’autres en civil suivent également de très près les mouvements et regroupements de manifestants. Pendant ce temps aussi, d’autres policiers circulent à bord de petites camionnettes (pick-up) avec des lances grenades lacrymogène à Derklé et au rond-point de Liberté 6 pour parer à toute éventualité.

Ce déploiement des forces de sécurité dans certaines artères de la capitale fait suite aux nombreux mouvements d’humeur des populations de ces derniers jours. Non contents de la récurrence des longues coupures d’électricité, les jeunes barrent les routes en brûlant des pneus et en saccageant des véhicules ou des bus de transport en commun.

Auteur : Seyni DIOP

Source : Walf

Répondre à cet article