Plusieurs milliards volés en Côte d’Ivoire. Wade et son fils Karim mouillés dans une affaire de blanchiment d’argent

Nous reproduisons in extenso l’article qui est à l’origine de la fermeture des locaux de 24h chrono et de la convocation de son Directeur de publication par la divison des investigations criminelles.


Comme un vieux cadavre dans le placard, le dossier concernant l’attaque des agences de la BCEAO dans les villes de Bouaké, Man et Korhogo empêche au régime de Wade de dormir. Il y a deux ans, Mamadou Koulibaly le Président de l’assemblée nationale ivoirienne indiquait lors d’une conférence de presse à laquelle était présent le professeur Malick Ndiaye que « le Président de la république du Sénégal et son fils Karim Wade sont impliqués dans ce scandale ». Jusqu’ici il n’a jamais été démenti. Il avait lâché ces terribles accusations le 23 septembre 2006 lors d’une invitation des membres du parlement de Yopougon-Port-Bouet.

Le régime ivoirien est persuadé que cet argent a été blanchi à Dakar avec la complicité des autorités sénégalaises. Le Président ivoirien avait même envisagé de porter plainte contre x mais vu la complexité de l’affaire, il a changé d’avis sur la question. Le 23 septembre 2003 des rebelles avaient braqué l’agence de Bouaké emportant quelques 20 milliards de FCFA environs 30,45 millions d’euros et faisant une trentaine de morts. Un autre groupe a attaqué celle de Korhogo en août dernier empochant un montant qui n’a pas encore été révélé.

Selon une note de la Banque Centrale pas moins de 5 milliards ont été blanchis dans la capitale sénégalaise. Cette affaire a valu même au leader politique sénégalais Amath Dansokho un procès. L’audience avait donné à d’importantes révélations : par exemple, que des billets de banques provenant de ces braquages avaient été déposés à Ecobank par une personne bien identifiée répondant au nom de Abdoulaye Diallo, qu’un rapport transmis par les autorités du ministère des finances au Président Wade est resté sans suite, de même qu’un rapport compromettant sur une somme de 1,5 milliards de franc CFA ayant transité dans le compte d’un de ses proches n’ a jamais eu de suite.

La Banque Centrale n’a jamais voulu communiquer sur cette affaire de manière transparente. Elle s’est limitée deux ans après les faits à renouveler les billets de banque appartenant à la gamme 92 afin de ne plus permettre le blanchiment.

EL MALICK SECK 24H CHRONO

Source : Seneweb

Répondre à cet article