Ndèye Dior chanté sous l’air du « Musikr »

L’artiste sénégalais Carlou D vient de mettre sur le marché sénégalais son troisième album « ndèye Dior ». Cet opus de 8 titres dédié à sa défunte mère a vu la participation d’Idrissa Diop. Dans cet album, l’artiste sert un nouveau style musical notamment le « Musikr » qui est tout simplement le Zikr en musique. Cet album, qui porte le nom de sa mère et de sa fille, est une exaltation de la terre mère et des valeurs du terroir natal.


par Francesca MBAYE

Après « Séédé » et « Weeru Waay » sortie respectivement en 2004 et 2006, Ibrahima Loucard alias Carlou D, vient de sortir son troisième album intitulé « Ndèye Dior ». Pour ce nouvel opus, l’artiste sénégalais utilise un nouveau style musical qu’il prénomme « Musikr ». Cette nouvelle expression musicale est une alliance entre la musique et le zikr (philosophie qui mène à l’action) dans des sonorités acoustiques. C’est aussi un style propre à l’artiste qui est un pont entre la musique traditionnelle et moderne. Un style purement Carloudien qui reflète une foi profonde du mouride baye fall (homme spirituel) avec une musique savante et instructive.

Carlou D explique vouloir incarner un nouveau style de musique qui vient non pas pour s’imposer, mais pour s’ajouter aux autres styles musicaux existant au Sénégal, tels le « mbalax », le hip hop et autres. « Avec cet album, je me suis exprimé avec un nouveau style musical qui vient s’ajouter aux styles qui existent déjà au Sénégal (Rap, Mbalax, etc.). Ce pendant le « Musikr » touche tous les principaux musicaux les plus en vogue notamment le Jazz, Hiphop, en passant par la salsa » nous dit l’artiste.

Dans l’album « Ndèye Dior » qui veut dire la main droite, le droit chemin ou tout simplement la mère Dior, Carlou D rend hommage à sa défunte mère Dior Diop. Cela s’illustre avec le titre Yaye Boye qui exprime la douleur et les regrets de la disparition prématurée d’une mère qui aura tout donné à ses enfants mais n’aura pas vécu assez longtemps pour assister à leur réussite. À travers le titre Senrégal, l’artiste décrit les comportements dans notre société qui nous font reculer. Ce titre très imagé montre la façon dont l’être humain devient un cannibale à force de conspirer les uns contre les autres.

En somme la chanson raconte l’ignominie et la perfidie des hommes frimeurs et paranoïaques qui se régalent du fruit du travail des autres. Sam Fall, c’est l’hymne des Baye Fall. C’est une philosophie qui invite à l’action au de là d’un sophisme béat et stérile, un facteur de développement pour le bonheur du peuple. Dans Fima Diar, l’artiste appel à l’unité dans le travail ou chacun à un rôle et quelque soit le rang, on a toujours besoin de son prochain. Cette chanson est un appel à la modestie et à l’humilité étant donné que les hommes naissent et demeurent égaux.

Le titre Dieuredieufé Modou est un chant de gloire à l’homme qui incarne la sainteté et qui a su bâtir une solide société fondée sur la foi et le travail. Kalifa, une chanson en featuring avec Idrissa Diop « Père Idy » comme l’appel familièrement Carlou D, rappelle un principe de base de notre société sénégalaise notamment la nécessité pour un enfant d’avoir un « Weeru Way », quelqu‘un sur qui prendre exemple afin de mener à bien sa propre vie.

Ce nouvel album de huit titres financé par la fondation Prinsclaus d’amsterdam pour la culture et le développement, est vendu sur le plan international depuis le mois dernier. Pour la promotion de son album, l’artiste compte faire une tournée nationale dès la semaine prochaine avec comme point de départ la ville de Dakar.

Source : Sud

Répondre à cet article