Le monde hip-hop se prononce sur les 20 ans du Pbs

Alors que leurs aînés du Pbs se préparent à fêter leurs 20 ans de scène, certains leaders du mouvement hip-hop au Sénégal, ont accepté de se confesser en partageant chacun son témoignage et sa collaboration avec ceux qu’ils considèrent comme « les monuments du hip-hop africain ».


Témoignages de membres de la « famille »

BAKHAW du groupe Da Brains : « Ces retrouvailles constituent un exemple pour le mouvement » Image« Je considère les membres du Pbs comme des grands frères. Si le Da Brains existe aujourd’hui, c’est grâce au Pbs. Ce sont eux qui ont d’abord cru en nous et qui nous ont permis d’être là où nous sommes aujourd’hui. Ce moment de communion avec eux est exceptionnel. Car nous attendions tous ces 20 ans, et nous sommes très heureux de voir que nos deux aînés Didier Awadi et Doug E Tee sont unis pour nous faire rêver comme d’habitude. A travers leur décision de se retrouver pour donner un concert ensemble, j’avoue que c’est un exemple et un modèle qu’ils présentent aux autres groupes de rap, à l’instar du Da Brains et des autres qui rencontrent des difficultés en leur sein. Leur retour nous permet de croire que tout est possible quand on reste fort face à l’adversité. Cela fait plus de 8 ans que Awadi et Doug E Tee ne se sont pas produits ensemble sur une même scène. Et cet anniversaire, prétexte de ce concert qu’ils vont donner nous permet de voir que le mouvement hip-hop a gagné en maturité. C’est pourquoi, nous souhaitons que cette union perdure et que le Pbs demeure encore pour très longtemps. Notre souhait est également que cette union ne s’arrête pas seulement à cette date anniversaire. Mais, que le Pbs redevienne comme avant. Et que Dieu fasse que, par la suite, Pee Froiss, Daraa-J, Black Mbolo, Da Brains, Bamba J. Fall et tous ces groupes qui ont eu des problèmes dans le temps, redeviennent comme avant. Et qu’ils réussissent tous à se ressouder. Personnellement, j’ai toujours été proche de Awadi et Doug E Tee. Et ce qui m’a le plus marqué dans leur parcours, c’est que les gens ont toujours affirmé qu’ils ont des problèmes et que cela ne marche plus entre eux. Mais Didier et Doug E Tee sont restés debout et unis. Au moment où les spéculations allaient bon train, ils se sont toujours parlé au téléphone et ils se fréquentaient comme si de rien n’était. Au fait, c’est nous-mêmes Sénégalais qui aimons aggraver certaines situations pour alimenter les rumeurs. Un jour, Doug E Tee m’a dit à ce sujet : « Les gens parlent beaucoup. Humainement, Awadi et moi, nous sommes toujours unis. Même si chacun poursuit de son côté sa carrière musicale. Je crois fermement qu’un jour viendra où Doug E Tee et Awadi se retrouveront ensemble pour un album, comme le Pbs d’avant. » Pour l’instant, et au-delà de cet anniversaire, je leur demande déjà de faire ensemble une tournée sénégalaise en plus de ce qui est prévu. Car, ce n’est pas qu’à Dakar seulement qu’ils sont attendus. Il faut qu’ils aillent à Thiès, à Kaolack etc. »

XUMAN : « Le Pbs m’a influencé professionnellement et humainement » « C’est un immense plaisir pour moi de voir les membres du Pbs revenir ensemble sur scène. C’est un groupe qui m’a beaucoup marqué. Ils m’ont beaucoup influencé. Ils m’ont influencé aussi bien musicalement, qu’humainement. Awadi, c’est quelqu’un de bien. C’est lui qui, pour la première fois, m’a donné un micro et m’a dit : « Vas-y. Exprime-toi et on verra ce que cela va donner. » C’était en 1992 au début de ma carrière. Par la suite, nous avions gardé de bonnes relations au point où notre premier album a été produit par le Pbs. Nous sommes une famille maintenant. Car, cela fait 20 ans que nous nous côtoyons. Je suis très content pour ces retrouvailles. Car, le Pbs va encore influencer beaucoup de générations, notamment les jeunes de la nouvelle génération de hip-hop. Je pense sincèrement que le Pbs ressortira un album avec la marque Didier Awadi, Doug E Tee et Baye Souley. Quand on voit un groupe comme le Xalam II disparaître et revenir sur la scène pour fêter ses 40 ans, on se dit que tout est possible. Car Xalam II, c’est les Roling Stones de la musique sénégalaise. Et comme eux, le Pbs est le groupe qui a forgé l’âme du rap sénégalais et africain. Donc, on a toutes les raisons de croire qu’ils vont toujours nous faire rêver. Pbs n’est pas qu’un groupe de rap. Ils ont quand même été le troisième sur le plan mondial. »

Simon Kouka dit SIMON BISS BI : « J’espère qu’ils feront un album pour le bonheur de tous » « Au départ, quand j’ai commencé à côtoyer le Pbs, c’était en tant que danseur. Puis, ils m’ont permis de me produire en première partie lors de leurs différents concerts. C’était un honneur. Car à l’époque, le Pbs était déjà une référence. Ils avaient déjà fait du chemin. Et ,donc, les gens les respectaient beaucoup. Doug E Tee et Awadi sont des grands qui nous ont montré le chemin. Et on ne peut que le leur reconnaître de tout cœur en leur rendant hommage. Pour ma part, je suis de tout cœur avec eux et je les soutiens à 100%. Je pense sincèrement qu’ils vont se remettre ensemble. Après leur concert-anniversaire, je pense qu’ils prévoient déjà de sortir un album comme au bon vieux temps. J’espère sincèrement qu’ils le feront pour le bonheur de tous ceux qui éprouvent ce désir de les réécouter sur un album commun et non en solo. Cela se fera Inch Allah !

MYRIAM du groupe Alif : « Je souhaite au Pbs de meilleurs jours » « Le Pbs est un groupe leader au Sénégal. Personnellement, j’ai toujours trouvé en eux, les grands frères qu’il me faut. Nous, nous venons de faire 12 ans seulement de présence scénique. Donc, c’est impressionnant de savoir que des grands qui ont déjà accumulé 20 ans, soient encore là, à nous soutenir. Le groupe Alif a toujours eu de bons rapports avec le Pbs. Et, je dois dire que j’ai toujours été impressionnée par la simplicité de Didier Awadi. Un jour, il a écrit un morceau, m’a appelée et m’a dit : « Marième, il faut bien voir ce que j’ai écrit et tu me donneras ton avis sur ce que j’ai fait. » Cette attitude m’a beaucoup touchée. Cela m’a permis de reprendre confiance en moi-même et de me dire que si ce grand rappeur m’appelle pour recueillir mon avis sur ce qu’il fait, c’est que je dois avoir un certain talent et que ce que je fais n’est peut-être pas mal. Il ne m’aurait peut-être pas donné cette considération, s’il n’appréciait pas mon travail, s’il n’aimait pas ce que fait le Alif. Franchement, je souhaite de meilleurs jours au Pbs et bon anniversaire à ses membres. »

CARLOU D : « Le Pbs est une famille pour moi » « Je ne garde du Pbs que de bons souvenirs. Avant tout, ce sont des grands frères. Le Pbs est une famille pour moi. Partout où je suis passé, je ne peux que leur rendre hommage. Car, que ça soit Awadi, Doug E Tee ou Baye Souley, ils m’ont tous appris pleins de choses. J’ai travaillé avec eux et j’ai beaucoup bougé avec eux, si bien qu’eux aussi, me considèrent comme un membre à part entière du Pbs. Récemment, Doug E Tee m’a appelé et m’a dit : « Carlou, on va fêter les 20 ans du Pbs et tu es un Pbs. » Le concept Boul Falé est toujours là. Cette génération est encore en place. Je fais partie de cette génération Boul Falé. Et c’est ce qui fait que je suis et je demeure un grand fan du Pbs. J’ai eu la chance d’intégrer le groupe. Il y a toujours des choses positives et des choses négatives dans toute communauté. Mais l’essentiel, c’est qu’au sein du Pbs, il y a toujours eu du respect entre nous. Nous nous respectons mutuellement. Et c’est le plus important. Aujourd’hui, je fais ma carrière solo, mais je reste toujours à leurs côtés. Certes, certaines personnes ne peuvent pas s’empêcher de dire ou de penser que le Pbs fait maintenant partie de la old school (vieille école). Mais après tout, ce sont les maîtres. Ils sont les grands dans le domaine et quoi qu’on puisse dire, les grands restent les grands. Le Pbs, c’est un monument. Et on n’oublie jamais un monument. Mon plus grand souhait, c’est que le Pbs ne s’arrête pas que sur la célébration des 20 ans. Mais, que l’on puisse refaire un Pbs avec Awadi, Doug E Tee, Baye Souley et tout le reste. Que tout le monde revienne à la case de départ pour encore plus cartonner. C’est vrai et normal dans tout groupe, à un moment donné, qu’il y ait un choc des ambitions. Et chacun part de son côté pour se chercher. Mais après, il est important de se reconnecter. Et c’est ce qui est en train de se faire là. »

Source : Le Quotidien

Répondre à cet article