Le coup de Gueule | Tabaski 2007/ Sénégal : Un peuple - Un but - « 3 foi »

Décidément, le Sénégal se distingue une fois de plus dans la division la plus totale au moment de célébrer l’Aid El Kabir ou Tabaski. Déjà, la communauté « Ibadou Rahmane », depuis un certain temps, s’aligne sur les fuseaux horaires de la Mecque (Arabie Saoudite) pour célébrer la fête du mouton. Pour cette année, la « Fatwa » est tombée et la Tabaski sera fêtée le mercredi 19 décembre 2007 chez les musulmans « barbus », à l’instar de la Mecque et des pays musulmans de l’Orient.


La Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire, qui regroupe l’ensemble des confréries significatives du Sénégal, et présidée par Mourchine Iyane Thiam, en se basant sur l’apparition du croissant lunaire et sur les calculs ésotériques du calendrier musulman, a fixé, elle, la date de la tabaski le vendredi 21 décembre 2007.

Qu’à cela ne tienne ! Dans la même ville de Kaolack, dans la même confrérie, « les Niassènes », affiliés à la Tijania, la Tabaski y sera célébrée, le jeudi 20 décembre, pour les talibés de Médina Baye, et le vendredi 21 pour ceux de Léona Niasséne. En attendant le « Ndigueul », la déclaration officielle du Khalife général des mourides, Serigne Saliou Mbacké, il y aura, au bas mot, 3 Tabaskis pour la communauté musulmane sénégalaise, vivant sur une petite superficie de 196 676 Km2.

Cela démontre une fois de plus l’incapacité de la Oumma sénégalaise, voire son insouciance à s’entendre autour de l’essentiel, c’est-à-dire la foi en Allah. On peut dès lors se demander quelle est la légitimité de la Commission nationale sur le croissant lunaire pourtant mise sur pied pour harmoniser les positions souvent divergentes des confréries. Et que dire de cette assertion des communicateurs traditionnels et autres laudateurs assermentés, selon laquelle « Le Sénégal est un et indivisible ».

Dans ce pays « particulier » en matière de religion, on ne scrute pas le ciel avec les yeux, mais avec la foi de sa confrérie. C’est une confirmation d’une des chansons du groupe de rap « Rapadio », sortie en 1997 : à la veille de chaque Tabaski, « tarixa bu nekk tokk ci xérame di séntu wééram » (littéralement, chaque confrérie s’assoit sur sa pierre pour scruter sa propre lune).

C’est quand même inquiétant pour un pays, comme le Sénégal, qui a fait du dialogue inter religieux, le dialogue islamo chrétien, son cheval de Troie. Cela l’est plus encore plus pour un pays qui va célébrer le sommet de l’Organisation de la Conférence islamique (Oci) en mars 2008.

Mohamed SY « Ciré » Source : AfricanGlobalNews

Répondre à cet article