La chanteuse Ngnima, du rap sénégalais à l’underground parisien

Ngnima chante en anglais, en français et en wolof et compose les paroles et la musique de ses chansons. Pour elle, la musique est un moyen d’agir concrètement sur nos vies comme elle nous l’explique sur son titre Life is not a waiting game.


Elle rêvait de devenir styliste, elle sera musicienne... Ngnima grandit à Dakar où elle fait ses débuts dans le rap engagé avant de s’envoler pour la France où elle fera des études de sociologie tout en travaillant pour un organisme de collecte de fond au service des plus grandes ONG françaises.

Ngnima a 16 ans lorsqu’elle monte pour la première fois sur scène avec le groupe Bataillon Blindé. A l’époque, sur la scène rap sénégalaise, Ngnima est une exception. Rares sont les filles qui arrivent à se faire une place dans ce monde très masculin. Etudiante à l’université de Dakar, même ses parents ignorent sa double vie.

En 1999, Ngnima quitte le Sénégal pour poursuivre ses études en France. Etudiante studieuse, Ngnima s’esssaye aussi à la peinture avant de revenir à ses premières amours. En 2007, elle crée le collectif Black Octopus puis monte le groupe Tie and the love process avec lequel elle sort aujourd’hui six nouveaux titres.

Source : France : Info

Répondre à cet article