La CAP 21 demande au mouvement ’’Y’en a marre" de garder son indépendance

Les rappeurs de « Keur Gui », à l’origine du mouvement « Y’en a marre », doivent maintenir leur initiative dans la « posture d’indépendance et de civisme » qu’ils ont jusque-là adoptée, estime la Convergence des actions autour du président de la République pour le 21e siècle (CAP 21, mouvance présidentielle).


Selon un communiqué transmis mardi à l’APS, la conférence des leaders de la CAP 21, réunie pour évaluer la journée du 19 mars, « invite le mouvement Keur Gui à refuser toute manipulation et toute récupération des partis, coalitions ou agitateurs attrape-tout, qui espèrent le gagner à leur cause ».

La conférence des leaders de la CAP 21 salue la « vigilance » de ce mouvement et ’’l’encourage à demeurer dans cette posture d’indépendance et de civisme", rapporte le texte.

Quelque 5.000 personnes ont répondu samedi après-midi à l’appel du mouvement citoyen « Y’en a marre », qui a organisé, sur la Place de l’Obélisque à Dakar, un sit-in pour protester contre les dangers du système politique sur le peuple.

Lancé il y a deux mois par le groupe de rap « Keur Gui » de Kaolack (centre), « Y’en a marre » a saisi l’occasion du onzième anniversaire de l’alternance de mars 2000, pour organiser sa première manifestation d’envergure.

Habillés de t-shirts avec un slogan « y’en a marre » et scandant des slogans réclamant la fin de la corruption, entre autres, les jeunes ont participé au sit-in sous la surveillance d’éléments de la gendarmerie.

Premier à prendre la parole, Malal Talla alias « Fou Malade » a précisé que « Y’en a marre » est « un mouvement apolitique ». « Nous ne sommes ni avec Sidy Lamine Niasse (président du groupe Walfadjri, qui organisait aussi une manifestation) ni avec les opposants de la coalition Bennoo Siggil Senegaal », a-t-il indiqué.

« C’est la jeunesse qui a décidé de prendre son destin en main. Nous sommes là, parce que nous pensons que seule la jeunesse peut changer les choses dans ce pays », a ajouté le rappeur.

Après cette mise au point, « Fou Malade » a demandé aux manifestants d’entonner l’hymne national, le poing levé. Puis, une minute de silence est observée à la mémoire des jeunes sénégalais disparus en mer en voulant rejoindre l’Europe, des victimes des inondations surtout dans la banlieue dakaroise, des bébés décédés dans des crèches d’hôpitaux et ceux qui se sont immolés.

Les populations « doivent veiller à ce que les deniers publics soient correctement utilisés, dans l’intérêt du peuple sénégalais », a indiqué « Fou Malade », précisant qu’il n’y a pas que les rappeurs dans le mouvement « Y’en a marre ».

« C’est aussi le mouvement des marchands ambulants, des ouvriers, des étudiants, de toutes les couches de la société. C’est le mouvement du peuple sénégalais », a-t-il souligné, faisant écho au discours d’un autre membre de mouvement, le journaliste Fadel Barro, qui a indiqué qu’il s’agit de travailler à l’émergence d’un « nouveau type de Sénégalais ».

BK/AD

Source : APS

Répondre à cet article