L’audience de SARKOZY avec Karim WADE a-t-elle eu lieu ?

L’audience accordée par Nicolas Sarkozy à Karim Wade a-t-elle eu lieu ? Cette question mérite d’être posée après que le service de presse de l’Elysée et celui du gouvernement français ont dit ne pas être au courant d’une telle rencontre.


(Correspondant permanent à Paris) – L’audience que le président de la République française a accordée à Karim Wade et qui a fait la ‘une’ des journaux sénégalais n’a pas, en tout cas, été signalée au service de presse de la présidence de la République française. En effet, le service de presse de l’Elysée que nous avons contacté, dit ne pas être au courant de cette rencontre entre le président Sarkozy et le fils du chef de l’Etat sénégalais. ‘Nous n’avons pas reçu de communiqué nous informant de cette audience’, a dit au bout du fil une dame du service de presse. ‘Le président de la République était en province, hier (avant-hier, Ndlr). Ensuite, il a reçu les sportifs olympiques qui reviennent de la Chine’, explique-t-elle, jetant ainsi un doute sur l’existence d’une audience qui a fait la ‘une’ de tous les journaux sénégalais. Quand nous lui faisons savoir que l’information a occupé la première page de tous les journaux sénégalais, elle répond : ‘Ah, bon ! Je vais voir mes conseillers, gardez la ligne !’. Quelques minutes plus tard, elle nous reprend au bout du fil. Et c’est pour nous dire encore toute son ignorance quant à une telle audience. Elle promet de rappeler pour donner de plus amples informations.

Même son de cloche au niveau du service de presse du gouvernement français. Là encore, on ne sait rien de cette audience. Une collaboratrice du porte-parole du gouvernement français, Luc Châtel, que nous avons jointe au téléphone promet, elle aussi, de rappeler quand elle aura de plus amples renseignements, après avoir pris nos coordonnées téléphoniques. Mais aucun coup de fil n’a retenti. Quand votre serviteur a rappelé le service de presse de l’Elysée, celui-ci confirme les mêmes informations en disant qu’il n’est pas au courant de l’audience.

Plusieurs questions taraudent alors les esprits. La première concerne la tenue de l’audience. Est-ce qu’elle a vraiment eu lieu ? Si oui, pourquoi le service de presse de l’Elysée n’est pas au courant ainsi que celui de Matignon ? D’ailleurs, on remarque que dans l’agenda de Nicolas Sarkozy publié sur le site Internet de l’Elysée, l’on ne mentionne pas une telle audience. Alors que son déplacement sur Maillé, une bourgade française razziée par les soldats allemands qui battaient en retraite suite à la défaite de 1939-1945, est bien mis en évidence. Comme l’audience qu’il a accordée aux sportifs olympiques français de retour de Chine.

Seulement, comment le conseiller en communication de Karim Wade, à savoir Cheikh Diallo, accepterait-il de se faire citer comme notre source d’information si l’audience n’avait pas eu lieu ? Il sait mieux que quiconque que l’ambassade de France au Sénégal aurait été prompte à apporter un démenti cinglant si l’information relevait de l’intox. Un démenti qu’aucun organe de presse n’a reçu hier jusqu’au moment du bouclage.

Il s’y ajoute que ce ne sont pas toutes les audiences d’un chef d’Etat qui figurent sur sa feuille d’audience à laquelle a accès son service de presse. Toutefois, les questions qui auraient été discutées lors du face à face entre Karim Wade et Sarkozy, mise à part la succession du président Wade, n’ont pas leur place dans le boisseau puisque le nucléaire civil est devenu une arme diplomatique et économique du président Nicolas Sarkozy. Partout où il se rend à l’étranger, il le fait valoir.

Malgré tout, il demeure qu’à Paris, plusieurs sources s’étonnent d’une telle rencontre entre Sarkozy et Karim Wade. Elles se disent dubitatives. Certaines avancent que Nicolas Sarkozy garde une dent contre tous ceux qui avaient assisté au mariage de son ex-femme, Cécilia. Et Karim Wade avait pris part à cette cérémonie. Peut-être que cette audience aurait servi à arrondir les angles et non à autre chose. Pis, même l’ambassadeur du Sénégal à Paris que nous avons contacté en passant par une source qui lui est proche, s’était étonné de la tenue de cette audience. Il avait soutenu, au téléphone avec notre source, que Karim Wade n’était même pas à Paris. Pourtant, selon des informations que nous tenons de source sûre, la semaine dernière, Karim Wade était en vacances à Saint-Tropez, un site touristique célèbre pour riches.

Info ou intox ?

L’audience Sarkozy-Karim s’est tenue dans un contexte favorable aux spéculations. Car c’est presque dans la même période que le président de l’Assemblée nationale, Macky Sall va être reçu en septembre par le Sénat français avec tous les honneurs. Comme il devrait l’être actuellement aux Etats-Unis. Ce qui donne des idées à certaines personnes selon lesquelles Karim Wade ne veut pas être damé sur la scène internationale dans la perspective de la succession de son père. Surtout qu’Idrissa Seck avait été aussi reçu récemment par Nicolas Sarkozy et certains de ses collaborateurs de l’Ump. D’où une possible manipulation de la presse.

Quid de la photo de Karim Wade posant avec Nicolas Sarkozy à l’Elysée ? Certains estiment qu’elle a été prise lors de la décoration du Sénégalais Robert Bourgi, frère d’Albert Bourgi, professeur à l’université de Reims, par Nicolas Sarkozy, il y a quelques mois. Une cérémonie à laquelle Karim Wade aurait assisté.

Moustapha BARRY

Source : Leral.net

Une presse qui fait la promotion de Karim Wade ! par Adama DIOUF

Elle aime Karim, elle le suit, elle le surveille bref elle l’adore à mort au point de le faire trôner à la une de l’actualité pour un petit machin. Pourtant elle n’est ni Viviane la maman chérie du petit prince, ni Syndiely Wade la soeur protégée, elle c’est la presse sénégalaise qui ne rate d’un seul instant les sorties parfois insipides du fils de Wade. Mercredi 26 août la bonne et intéressante information pour la presse sénégalaise est l’audience que Nicolas Sarkozy (Président de France) a accordée à Karim Wade. Une audience qui toutefois ne figure pas dans l’agenda présidentiel de Sarkozy publié par le site de la présidence française elysee.fr. Ce qui dénote le caractère officieux, formel et pas sérieux de cette audience.

Au lieu de s’intéresser à des informations plus importantes, la presse quotidienne nationale exceptés quelques journaux tel Sud quotidien s’est contentée de nous proposer cette marchandise frelatée émanant de Cheikh Diallo qui n’est rien d’autre que le panégyriste, le laudateur avoué, dévoué et avéré du « nouveau prince héritier » de la tribu wadienne.

La presse y est allée avec un zèle sans précédent, « le soleil » le quotidien gouvernemental titre « Karim Wade reçu par Sarkozy : Une centrale nucléaire civile au Sénégal », le mollah de sacré cœur, barre à la une de son journal « Walfadjri » « Reçu en audience par le président français : Karim Wade dévoile ses ambitions politiques à Sarkozy » et « le quotidien », le journal de Madiambal de titrer « Projet d’une centrale nucléaire au Sénégal : ozy, « jardinier » d’un rêve de Wade ». Et toujours dans le même quotidien en commentant ce titre le journaliste Bocar Sakho écrit avec allégresse : « Le Sénégal va-t-il franchir un nouveau palier pour assurer son indépendance énergétique ? Si les tractations entre le Sénégal et la France se concrétisent, il va désormais bénéficier de l’énergie du futur pour assurer son autosuffisance électrique et aussi en faire bénéficier à tous les pays de la sous-région confrontés à un problème récurrent de manque d’électricité », article qui sûrement va plaire et faire sourire Karim ennemi numéro de Madiambal.

La radio RFM y va de sa manière. Mamoudou Ibra Kane le présentateur vedette de la grande édition du midi la (l’audience) trouve plus importante que la rencontre des cadres casamançais sur la crise qui sévit dans le sud du pays et qui fait beaucoup de victime. Une large part est réservée à cette audience, c’est ainsi qu’il accorda de petites minutes à Babacar Fall pour commenter cette information avant de recevoir « un spécialiste » en matière de diplomatie pour analyser aux auditeurs de la RFM cette audience que ni les services présidentiels de l’Elysée et de l’avenue Senghor n’ont confirmé.

Ce que devrait faire la presse c’était d’abord de vérifier la véracité de cette information au lieu de se lancer sur des commentaires stériles, insipides, puéril es et sans fondement.

C’est un non événement que Karim soit reçu par Sarkozy. Ça n’aura aucune retombée et influence politique au Sénégal. Que Karim affirme à Sarkozy ses ambitions politiques ça n’engage que Sarkozy et lui. Mais nous rappelons à Karim les vérités que Sarkozy avait crachées à son père lorsque qu’il occupait la place Gaveau en tant que ministre de l’intérieur français. Réagissant à une opposition de Wade concernant l’immigration choisie dont il est le concepteur et l’inventeur Nicolas Sarkozy assénait sèchement à Wade par médias interposés les propos suivants : « Ce n’est pas à Wade de me dicter ma politique d’immigration ». Oui Karim, Sarko a raison ce n’est pas à ton père de lui dicter sa politique mais nous sénégalais, nous lui disons pareil, à vous aussi et à votre père : « Ce n’est pas à Sarkozy de nous choisir notre président ». Je suis sûr que Sarkozy n’y pense même pas !

Au lieu de minimiser cette rencontre, la presse lui a donné une grande envergure, un grand événement. Et jusqu’à présent rien ne nous prouve que Sarkozy a reçu bel et bien Karim à l’Elysée. La presse a repris innocemment et en pompe un simple communiqué de presse émanant d’un larbin qui a fait de la lèche un instrument et une vertu politique. La presse pouvait s’en passer en refusant purement et simplement de diffuser ce communiqué. En reprenant textuellement le dit communiqué la presse s’est laissée berner par Cheikh Diallo et tomber sur son piège. La presse n’est pas obligée de publier les communiqués qu’elle reçoit. Nos journalistes devraient s’inspirer de l’AFP (Agence France-Presse) qui avait refusé de publier un communiqué de l’UMP de Nicolas Sarkozy. Le PDG de la dite agence Pierre Louette, justifiait son refus par ces termes : « La rédaction a des règles de fonctionnement qui reposent sur la notion de choix faits en permanence parmi la multiplicité des faits, des événements, des déclarations », et ne tient « évidemment pas à alimenter une polémique avec un élu porte-parole d’un grand parti politique ». Sacrée leçon d’école.

Mais dommage notre presse s’est empressée et s’est emportée en faisant un grand coup médiatique à Karim Wade qui souffre naturellement de légitimité politique, charismatique et politique.

Source : Xalima

Répondre à cet article