Kaolack : signature d’une convention de labellisation du Festival ’’hip hop’’

Le délégué général du Festival mondial des Arts nègres, Abdou Aziz Sow, et le coordonnateur du Festival ’’hip hop’’, Alpha Oumar Diallo, ont signé récemment à Kaolack une convention de labellisation du Festival international des arts hip hop, a constaté le correspondant de l’APS.


La cérémonie s’est déroulée en présence de Sindiély Wade, déléguée générale adjointe du Festival mondial des Arts nègres et du commissaire de la musique, Abdou Aziz Dieng.

Le choix de ce festival iternational, a expliqué Abdoul Aziz Sow, se justifie par le fait que les jeunes qui portent le Festival hip hop ont réussi à instaurer, en quatre ans, ’’une pratique culturelle dans la région’’ et montré ainsi ’’ce qu’il y a de mieux dans le hip hop’’.

M. Sow a exprimé la volonté de les aider à avoir, au-delà de la région, une plus grande visibilité au plan national et international.

Les manifestations du Festival mondial des arts nègres axé sur la renaissance africaine avec ’’une vision nouvelle d’une Afrique libérée, fière, créative et optimiste’’, seront décentralisées dans les grandes villes, afin de pouvoir exhiber toutes les potentialités.

Le gouverneur de la région de Kaolack, Amadou Sy, a engagé à les populations et tous les acteurs culturels à s’impliquer pour le succès du Festival.

L’ouverture officielle à Dakar de cette 3e édition du Festival mondial des Arts nègres, prévue du 10 au 31 décembre prochain et dont le logo représente ’’une carte de l’Afrique reconstituée à partir d’une empreinte de doigt’’, sera marquée par un ’’ dialogue de tambours’’.

Le tambour major du Saloum, Omar Thiam, prendra part à cette prestation aux cotés, entre autres, de Doudou Ndiaye Rose, a indiqué Abdoul Aziz Sow.

Le Brésil, ’’symbole de la diversité culturelle’’, est l’invité d’honneur du troisième Festival mondial des Arts nègres, dont la première édition avait eu lieu en 1966 au Sénégal.

La troisième édition de la manifestation s’était déroulée en 977 au Nigeria.

MS/ASG

Source : APS

Répondre à cet article