KEURGUI CREW

KEUR-GUI CREW ( la maison) , la famille Kilifeu A.K.A Klashnikov( le Maître de la maison, le Chef de famille )Thiat A.K.A Mass 36 ( le Cadet de la maison ) et Mollah Morgun A.K.A Weundeung MC


 : l’Enseignant, le Professeur de la rue Créé en 1998, Keur-Gui comptait à l’époque trois (3) membres dont Kilifeu « le Chef de famille », Taw « l’Aîné de la famille » et Thiat « le Cadet ». Ce trio, considéré comme l’un des groupes les plus engagé du Sénégal de par son Style mais aussi de par ses Textes a eu à faire un séjour en prison du temps du régime Socialiste. Il a eu à dénoncer les différents maux de la société et surtout de sa région qu’est Kaolack, les malversations qui y sont effectuées par ces Socialistes. De là débutent les difficultés du groupe. Il s’affronte à d’énormes problèmes. Le trio fut menacé, tabassé puis jeté en prison. Mais le groupe n’a pas pour autant baissé les bras. Il continu sur la même lancée mais cette fois avec un nouveau style : « Le Gangsta » Keur-Gui participe en 1999 à la Semaine Nationale de la Jeunesse qui s’est tenue à Dakar et qui regroupait les dix (10) représentants des dix régions. Il s’est retrouvé finaliste face au groupe « Bamba J Fall » et a été lauréat. Le titre de « Meilleur Rappeur » a été décerné à Kilifeu. Mais en fervent croyant, le groupe ne s’arrêtera pas là. Il tente de sortir sa première cassette en 2000 intitulée « Première Mi-Temps », mais cette cassette ne verra jamais le jour puisqu’étant censurée. C’est durant cette même année que Taw quitte le groupe. En 2002, le groupe sort enfin une cassette : « Këne Bougoul ». Këne Bougoul pour ne pas sortir de la réalité Africaine mais pas du concept de Keur-Gui non plus puisque la première cassette est considérée comme mort-né. Këne Bougoul sera « l’album de l’Apparition » puisqu’il permettra au groupe de mieux se faire connaître avec des tournées Nationales et des concerts de sensibilisation avec des ONG sur la pauvreté, la famine, les maladies telle que le Choléra, le Sida, etc...Mais pour mieux faire paraître leur engagement, Kilifeu et Thiat, les bêtes de scène adoptent un autre style : - la Nudité pour montrer la colonisation mentale qui règne toujours en Afrique, au Sénégal, puisqu’ayant des chaînes que l’on ne voit plus ; pour montrer que le Sénégal est toujours au temps de l’esclavage ; pour montrer que les dirigeants sont toujours sous l’emprise des Occidentaux ; mais aussi pour montrer leur rage, leur ranc—ur envers ces dirigeants socialistes qui les ont dévêtus pour ensuite les tabasser et les emprisonner. C’est pour leur montrer qu’ils ont beau les dévêtir n’empêche ils continueront leur combat, ils continueront de dévoiler les maux de la société puisqu’étant des réalités qu’ils ont eu à subir, qu’ils ont eu à vivre et qui sont en eux. - l’Afro qui n’est rien d’autre que le retour à l’Africanité montre l’homme noir en quête d’identité perdue. - la Montre est un rappel. Pour montrer que le temps presse, qu’il n’y a plus de temps à perdre, qu’il faut bosser jusqu’à la fin , il fallait créer quelque chose qui sorte de l’ordinaire, qui soit original, d’où le port de la montre au niveau du bras plutôt qu’au poignet. « L’album de l’Affirmation » sortira en 2004 et portera le nom de « Liy Raam »avec des morceaux beaucoup plus engagés tel que « Beaux Parleurs » qui a été le morceau Hit de presque toutes les stations radio durant plusieurs mois et avec la participation de plusieurs artistes tel que Ngoné la Malienne dans « Coup de fil à l’Occident » parlant de l’Unité Africaine tout en dénonçant la colonisation mentale, la domination Européenne qui règne toujours ; de Sidy Baba dans « Liy Raam » parlant de la diversité et de la divergence des Confréries Musulmanes ; et un featuring de Kilifeu, Maolana Séga Soul et Mollah Morgun dans « Mission Bi » parlant de la décentralisation du Rap qu’ils trouvent n’être concentré qu’au niveau de la capital d’où la création de « Meukdôm Connect Gang » (Cartel de rappeurs visant à promouvoir le rap dans les autres régions) et de « Pinku Side » (Coalition de toutes les régions à l’exception de Dakar). Keur-Gui n’a pas échoué à sa mission car ayant entraîné la décentralisation du mouvement avec les « Hip-Hop Howards » qui se sont tenus le 04 Novembre 2006 au Stade Lamine Guèye de Kaolack. Keur-gui a paticipé dans des festivals de rap comme « Africa Keur » et dans une émission télé sur 2STV : « Stars en ligne ». Il a sorti son premier clip qui porte le même titre que l’album et a été en tournée Internationale au Cap-Vert et en Espagne. Mollah Morgun « l’Enseignant de la rue » qui travaille avec le groupe depuis sa création y intègre désormais et participe dans « Deum Ya Ngui Dieufour », un single sorti en 2005 parlant des divergences politiques. Le groupe n’est pas prêt de s’arrêter là car préparant son nouvel album « Le Bilan » qui sera cette fois « l’album de la Confirmation » parlant de l’Indépendance à nos jours et qui sortira en CD et en DVD.

Répondre à cet article

1 Message

  • Sénégal : pas le temps de lire

    31 octobre 2007 08:47, par naomed

    Récemment, j’ai discuté avec un jeune de 18 ou 20 ans, entrant en terminale, qui m’expliquait qu’il n’avait pas le temps de lire. On entend souvent cet argument qui m’a toujours laissé dubitatif. Il m’affirmait qu’il aime lire, qu’il aimerait lire mais qu’il est débordé...

    Je lui ai évidemment demandé s’il passait tout son temps à préparer son bac. Il m’a expliqué que non mais qu’il avait besoin de décompresser, de déstresser... J’ai donc supposé que pendant les vacances, il avait le temps de lire... Ben non ! Les navetanes, les copains, les sorties en boite...

    Je lui ai alors expliqué qu’il n’avait pas besoin d’affirmer aimer lire s’il n’aimait pas, qu’il n’y a aucune obligation à la chose. Que les gens qui aiment lire trouvent toujours le temps de lire, ils lisent à la place d’autre chose, de la sortie en night club ou du thé avec les copains...

    Voir en ligne : Sénégal : pas le temps de lire

    Répondre à ce message