KARIM WADE REÇU PAR SARKOZY : Une centrale nucléaire civile au Sénégal

Le président du Conseil de surveillance de l’Agence nationale pour l’Organisation de la conférence islamique (Anoci), Karim Wade, a été reçu, hier, très longuement par le président Nicolas Sarkozy. La réalisation d’une centrale nucléaire civile, en partenariat avec la France et des pays arabes amis du Sénégal, et d’autres questions dont les visites de Me Wade à Paris, en septembre, et Sarkozy à Dakar, en 2009, entre autres, étaient au menu des échanges à l’Elysée.


Entré par la porte principale de l’Elysée, Karim Wade a été accueilli par le Secrétaire général de la Présidence française. Durant le long entretien avec les deux hommes, les discussions ont tourné autour de cinq axes principalement. Il s’agit d’abord du prochain voyage du président Wade, à Paris, en début septembre, et celui du président Sarkozy, à Dakar, dans le premier trimestre 2009. Une visite exceptionnelle très attendue dans notre pays. Le point le plus important abordé au cours de cette audience semble être la construction prochaine d’une centrale nucléaire civile qui impliquera trois parties que sont la France, le Sénégal et des pays arabes amis. Ce projet de développement est d’une importance capitale pour l’économie nationale et la coopération. Il s’agit de faire du Sénégal une plate-forme de production de l’électricité. Un projet qui permettra de satisfaire les besoins nationaux et sous-régionaux. L’effet escompté est de réduire à terme le coût de l’électricité au bonheur des populations sénégalaises. Ce grand projet verra la participation de grandes sociétés françaises comme les Groupes Areva, Bouygues et l’Electricité de France (Edf).

L’autre point abordé concerne la politique intérieure sénégalaise. Un point qui a permis à Karim Wade de décliner ses ambitions pour le Sénégal. Enfin, le dernier point du tête-à-tête entre le chef de l’Etat français et le président de l’Anoci, a trait à la situation actuelle en Mauritanie, pays voisin du Sénégal, suite au dernier coup d’Etat des militaires. Le président français a demandé à Karim Wade son opinion sur la situation.

Source : Le Soleil

Répondre à cet article