Idy & Karim...

Plusieurs responsables de partis politiques thiessois dont Rewmi et l’Alliance des forces de progrès, tous deux de l’opposition, ont officiellement rallié la Génération du concret (GC), a constaté récemment un reporter de l’Agence de presse sénégalaise (APS).


Ces responsables et une partie de leurs bases ont été reçus par une forte délégation de la GC conduite par son Président Karim Wade, en présence de Abdoulaye Baldé, Assane Ba, Ibrahima Diong et Madior Sylla, tous membres de la Direction exécutive de la Génération du Concret. Avait également pris part à la rencontre le responsable du Parti Démocratique Sénégalais (PDS – au pouvoir) et vice-président de l’Assemblée nationale, Modou Diagne Fada.

Au cours de cette audience de plus de trois heures d’horloge, la totalité de ces responsables qui viennent, outre de Thiés Commune, des Communautés rurales de Noto et Fanden ont exprimé leurs engagement et détermination à travailler avec la Génération du Concret dans le cadre de la Coalition Sopi 2009 pour remporter les élections locales du 22 mars prochain à Thiés.

Expliquant le choix porté sur la Génération du Concret, Ndeye Fatou Ndiaye première responsable de l’AFP à Noto , a affirmé avoir été séduite par ‘’les réalisations concrètes des dirigeants de la Génération du Concret, à Dakar notamment’’.

Après avoir salué les actions concrètes réalisées par Karim Wade et son équipe, Mme Ndiaye a énuméré plusieurs doléances de sa Communauté rurale qui polarisent 118 villages. Ces doléances ont essentiellement tourné autour de la construction de routes, de points d’eau, de centres de santé et de soutien à la réalisation de projets agricoles, d’éducation et d’électrification rurale.

Auparavant, des responsables de Rewmi, Mamadou Ndaw et Sophie Ciss avaient abondé dans le même sens affirmant leur volonté de travailler pour la GC afin de donner une victoire éclatante à la Coalition Sopi 2009 à Thiés.

Tout en reconnaissant que la tâche ne sera pas aisée, ils ont dit leur conviction qu’avec la nouvelle politique des ‘’concrétistes’’ basée sur ‘’le concret et non sur la politique politicienne’’, la victoire est à la portée de la Coalition au pouvoir.

Pour sa part, le responsable de Rewmi de Fanden qui avait obtenu plus de 90 pour cent des voix lors de la Présidentielle de 2007 dans cette localité aux dépens du parti au pouvoir, a dit sa volonté de rejoindre la GC, mais à condition d’être rassuré que les difficultés identifiées de leur communauté rurale seront résolues. Il s’agit notamment de l’électrification de certains villages de la zone, du dépannage du forage de la localité pour un coût total de 2 millions de FCFA, de la construction des routes, etc.

Il a eu satisfaction de sa requête concernant le dépannage du forage puisque, séance tenante, le Président de la GC a donné des instructions fermes pour débloquer la somme nécessaire avant le retour de la délégation à Fanden. Le même geste a été fait à l’endroit de Faty Ibra Dieng, de l’Union des Femmes commerçantes à qui 5 millions de FCFA ont été remis au bénéfice de l’Union afin de faire face à ses engagements.

Prenant la parole, le Vice-président de l’Assemblée nationale, Modou Diagne Fadé a rendu un hommage à ces responsables politiques qui ‘’présentent un profil intéressant’’ et constituent des ‘’éléments sur lesquels ont peut déclencher une dynamique pour gagner Thiés où le PDS et la GC sont en difficulté’’.

’’Si nous avons la possibilité de nous retrouver autour de Karim (Wade), nous pouvons développer des schémas et des stratégies pour construire le Sénégal comme il est en train de le faire à Dakar’’, a dit M. Diagne.

Après avoir exprimé sa satisfaction et sa joie de recevoir des nouveaux militants, le Chef de file de la GC a affirmé que ‘’le concret est déjà en marche à Thiés’’. Il a cité, à cet égard, les travaux de Thiés, le projet d’aéroport, de la zone économique, du port du futur. Thiés est en train de concentrer la plupart des investissements qui vont véritablement changer de manière fondamentale cette ville et créer des emplois’’, a encore dit M. Wade.

’’L’ère de la politique politicienne est révolue et en vous entendant parler je suis encore plus convaincu que cette ère est révolue car les gens attendent du concret, des résultats et des emplois’’, a martelé le Président de la GC fortement applaudi par l’assistance.

Source : APS

Rencontre Wade-Idy au palais, ce lundi : Le temps des manœuvres a encore sonné

L’ancien Premier ministre, président du parti politique Rewmi, . M. Idrissa Seck rencontre le président de la République, ce lundi, au Palais de la République. D’après un communiqué signé du ministre, porte-parole de la présidence de la République, Me El Hadji Amadou Sall, c’est M. Idrissa Seck lui-même qui a demandé à être reçu par le président de la République.

Est-ce la reprise des manœuvres politiques entre le président de la République, Me Abdoulaye Wade et son ancien Premier ministre, M. Idrissa Seck, à quelques semaines des élections locales prévues en mars 2009. L’heure est aux interrogations après la sortie du communiqué de presse, signé des mains du ministre, porte-parole du président de la République, ce dimanche.

Dans le communiqué, Me El Hadji Amadou Sall indique que « Monsieur Idrissa Seck, ancien Premier ministre, sera, à sa demande, reçu par le président de la République le lundi 12 janvier 2009 à 11 heures 30 au Palais de la République ». Sans aucune autre précision. M. Idrissa Seck avait été absent du territoire national depuis plusieurs mois. Ces dernières semaines, il avait interrompu son séjour en France pour venir au Sénégal, uniquement pour présenter ses condoléances à la famille de son cousin M. Alioune Badara Niang qui avait perdu sa fille. Et, il était, après, retourné en France.

Rentré au Sénégal, durant ce week-end, M. Idrissa Seck sera reçu dès ce lundi au Palais de la République. Ancien numéro 2 du Parti démocratique sénégalais (Pds), ancien directeur de cabinet du président de la République et ancien Premier ministre, M. Idrissa Seck à qui le Palais, par la bouche de son premier locataire, Me Abdoulaye Wade reprochait d’avoir voulu poser les jalons pour succéder ce dernier à la tête du pays, en plaçant ses pions, avait été envoyé en prison pendant plusieurs mois dans le cadre de l’affaire des chantiers de Thiès.

Candidat à l’élection présidentielle de 2007, il avait été reçu quelques jours avant le démarrage de l’ouverture de la campagne électorale par le président de la République, Me Abdoulaye Wade. Celui-ci avait, après cette audience, fait une déclaration devant la presse pour disculper son ancien Premier ministre dans l’affaire des chantiers de Thiès.

Bien après cette audience, et après les élections législatives de 2007 qui avaient été boycottées par l’opposition significative dont Rewmi de Idrissa Seck, alors que la situation politique nationale était tendue, le président Wade avait encore fait une sortie pour tendre la main à Idrissa Seck et à d’autres anciens responsables du Pds qui avaient quitté ce parti pour créer leurs propres formations politiques.

Rewmi avait non seulement donné carte blanche à son président Idrissa Seck pour aller discuter avec le chef de l’Etat, secrétaire général national du Pds, mais avait quitté le cadre unitaire dans lequel il était avec d’autres formations de l’opposition. Ce qui avait contribué à son isolement, d’autant plus qu’il n’y avait pas eu de suite après l’appel du chef de l’Etat.

Cette fois ci, les deux hommes vont se rencontrer, au moment où du côté de l’opposition, on multiplie les initiatives pour aller ensemble aux élections locales de mars 2009. Même Macky Sall qui avait remplacé Idrissa Seck à la primature et dans son rang de numéro 2 du Pds, qui avait été par la suite président de l’Assemblée nationale, avant de quitter la formation libérale pour mettre sur pied son propre parti, est dans une dynamique unitaire avec l’opposition.

Interrogé récemment, Macky Sall qui a été au cœur du système, déclarait qu’il était prêt à s’allier avec Rewmi, mais que ce parti devait toutefois clarifier sa position pour qu’on sache s’il est ou non dans l’opposition. La rencontre intervient également, après l’appel il y a quelques jours de la Cap 21, réclamant le retour à la maison-mère de tous ceux qui ont quitté le Pds. Le temps des manœuvres a encore sonné.

Source : Nettali

Répondre à cet article