Festival Festa 2H 2013


L’avant-dernière journée du Festival international de hip hop et de culture urbaine, « Festa 2H », a eu lieu vendredi, jour de la Fête de la musique à Dakar. Une soirée spéciale a été organisée à l’Institut culturel français avec des artistes d’Europe, d’Amérique et d’Afrique. Sur le plateau du théâtre de verdure de l’Institut français, la Fête de la musique a rassemblé, vendredi, les amateurs de musique rap et hip hop. Les artistes sont venus de plusieurs horizons, Europe, Amérique et Afrique pour faire vibrer la scène en plein air, située au cœur du quartier du Plateau. Les rappeurs sénégalais Pps, Keyti, Matador, Mustaf et Carré d’As ont ainsi été invités à partager la scène avec leurs confrères de l’étranger, notamment Dj Snuff (Royaume-Uni), Ari (Espagne), Stan et Dj Fabot (Belgique). Les prestations courtes se sont enchaînées rapidement, tantôt en anglais, tantôt en français ou en wolof, au plus grand plaisir de la foule diversifiée massée dans les gradins. Le moment fort de la soirée a été la prestation de Keur Gui, qui a entraîné la foule avec ses rythmes énergiques et ses textes acides. Très politique, les propos des rappeurs membres du groupe « Yen a marre » étaient comme à leur habitude très critiques. Torse nu, peigne en lévitation dans son épaisse chevelure, le chanteur Thiat s’en est notamment pris à la prochaine visite de Barack Obama et aux mesures sécuritaires que doivent subir les habitants de la ville de Gorée. « Des esclaves chez eux ! », a-t-il déploré, entre deux chansons. L’énergie de la foule a quelque peu diminué pendant les performances hip hop des artistes anglophones Potent Whisper (Royaume-Uni) et Ntm (Zimbabwe), pour finalement revenir en force avec le duo Nanci et Phoebe. Les deux jeunes filles britanniques au style éclectique ont livré une performance spectaculaire, gesticulant pour inviter la foule à revenir danser. Mission réussie, le public ayant réinvesti la piste de danse pour se déhancher au son de la musique des deux chanteuses, qui alternent des rythmes rapides et des chants a capella.

Boris PROULX (stagiaire)

Source : soleil

Répondre à cet article