> Sons

Fangafrica

LE 1er TRIPTYQUE SUR LE MOUVEMENT HIP HOP OUEST-AFRICAIN ! L’un des nombreux Bonus du DVD FANGAFRIKA. Le Positive Black Soul au grand complet pour un freestyle Touch Radikal !

FILM + LIVRE + CD /// SORTIE LE 27 MARS


Fangafrika a pour but de montrer la vitalité d’un genre musical, le hip hop, qui a pris une résonance singulière sur le continent noir en y retrouvant son énergie contestataire originelle.

A Ouagadougou, le hip hop fait vibrer les maquis de ses pulsations. Le documentaire est une plongée dans cette réalité, en allant à la rencontre de rappeurs des différents quartiers de la capitale du Burkina-Faso. Des artistes et producteurs les plus connus aux jeunes rappeurs de l’underground qui cherchent à percer lors de clash-parties ou lors de tremplins de quartier.

La ville est également, le temps du festival Ouaga Hip Hop, le carrefour du rap ouest africain. La fine fleur des rappeurs de la sous région s’y donne rendez-vous en octobre, faisant de ce festival la plus grande manifestation rap d’Afrique de l’Ouest.

Rap vaudou du Bénin, rap hardcore du Mali, rap des champs du Cameroun, rap féministe du Sénégal nous transportent dans la réalité des grandes villes d’Afrique de l’Ouest. Fangafrika est donc un véritable panorama du rap ouest africain, un témoignage brut de sa diversité et de sa vitalité. Les leaders de ce mouvement expliquent l’ampleur du phénomène rap dans leur pays respectif, notamment Didier Awadi (ex-Positive Black Soul) et Daara J, leaders sénégalais du rap africain connu à travers le monde.

Apkass, slammeur d’origine congolaise résidant en France, est le maître de cérémonie de ce documentaire. A l’image des MC’s originels, il guide le spectateur à travers les différentes parties du film en déclamant ses textes poétiques. Ce documentaire de 52 minutes sera accompagné d’une version sous-titrée en anglais et de plusieurs bonus.

Le rap africain a longtemps été une utopie grandissant dans l’ombre du rap français, tout comme le rap français le fut à ses débuts face au géant américain.

Et puis il y a eu Positive Black Soul, pionnier d’une expression hip hop profondément africaine. Presque 20 ans après les débuts de ce collectif sénégalais, une lame de fond rapologique a pris possession du continent africain.

Dans chaque métropole, chaque banlieue ou chaque bidonville du continent noir se trouve un groupe prêt à dénoncer, à contester, mais aussi à faire danser. La voix des sans voix retentit depuis le Mali, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, n’oubliant jamais d’insuffler des éléments de la musique locale dans ce cri urbain ponctué par les machines et les samplers.

Fangafrika rend compte de ce bouillonnement créatif en textes, en images et en sons. Un grand chelem qui fait voyager le lecteur/spectateur/auditeur au coeur de ce mouvement majeur qu’est le rap africain.

Entre rage et émotion, entre engagement politique et évasion poétique, les griots du 21ème siècle écrivent leur histoire. Fangafrika est le témoin de cette saga africaine.

Répondre à cet article