Echostar / La Compagnie DOGMEN G : Quand les Maliens domptent le Hip-hop

En 2005, quelque part dans un quartier de Bamako, quand Salah Keita, Mamadou Camara (Papi K), Dramane Soumaré (Dra), Modibo Keita (MK), Hamidou Keita et Mami Mamourou (Oxim), avait décidé de créer le « Dogmen G », un groupe de six jeunes danseurs B-Boys, nombreux sont leurs compatriotes qui ne vendaient pas chère leur peau. Mais, aujourd’hui, 6 ans après le début de l’aventure, le « Dogmen G » est en passe de rallier partenaires et adversaires à leur cause tant leur maîtrise de la danse est aujourd’hui saluée au-delà des frontières de notre pays. Quel est le parcours de ce groupe ?


A l’instar de la plupart des jeunes de leur âge, Salah Keita, Mamadou Camara (Papi K), Dramane Soumaré (Dra), Modibo Keita (MK), Hamidou Keita et Mami Mamourou (Oxim) avaient commencé à danser pour se faire plaisir. Mais, rapidement, ils ont senti la nécessité de se constituer en un groupe de danse. Ainsi, est né en 2005 le « Dogmen G ». Mais, déjà à la création du groupe, ses membres avaient une idée claire de ce qu’ils voulaient.

En juillet 2005, « Dogmen G » a mis sur pied l’association « Don Ka Yiriwa » dans le but de faire la promotion de la danse Hip-hop au Mali et de transmettre leurs connaissances. Pour un début, le groupe s’est spécialisé dans le Break dance. Cela allait lui permettre de participer à des concours de « Battle » et à des shows Hip-hop. Devenu le représentant de la danse Hip-hop au Mali, il eut rapidement l’opportunité de se voir associé à des concerts et à tous les évènements Hip-hop du pays. Danser du tout venant est bien, mais donner une consistance et un contenu à la pratique de la danse est encore mieux. Cette réflexion faite, « Dogmen G » ne perdra pas le temps à s’ouvrir à la création chorégraphique dans une démarche qui fait un juste mélange entre l’énergie du Hip-hop et les danses africaines. Cette fusion réussie ne pouvait pas passer inaperçue.

En 2006, le groupe sera sollicité pour l’évènement Ragga Hip-hop, organisé par « Esprit Ebène » et par l’évènement « Tounga Rap », organisé par le Centre culturel français de Bamako. En 2007, tout juste après avoir participé à l’enregistrement de « Farafina », le clip d’Amkoulel, le groupe sera sollicité pour participer à la première édition de « Rap Attaque », organisé par le service allemand de développement (Ded). La même année, il remporte le trophée du « Battle » de l’intégration au Burkina Faso et participe au « Battle motard clash party » d’Ismaêl Ballody, avant d’aller en 2008 à « Africa Dance Show » de Conakry.

Toute l’expérience engrangée de cette pérégrination va aider le « Dogmen G » à faire, en 2008, une première création qui va marquer les esprits : « Senekela Ka Yelema ». Et tout juste avant de participer, en 2009, à la 2ème édition de « Rap attaque » du service Ded, « Dogmen G » sortira d’un atelier de création avec la pièce : le « Grin ». En 2010, le groupe a été associé à la pièce « Le cri des chiens » qui a bénéficié d’une collaboration très enrichissante de Anthony Egéa de la « Cie Révolution » en France.

Le 10 juillet 2011, le groupe « Dogmen G » sera à Dakar dans le cadre de la 3ème édition de « Urbabation BBOY », un concours de « Battle » panafricain dédié au Break dance. Pour avoir le privilège de représenter le Mali à ce niveau, c’est le lieu de signaler que le groupe « Dogmen G » a bénéficié de plusieurs formations.

Assane Koné

Source : Le Républicain

Répondre à cet article