Du navire Aline Sitoé Diatta et de la présomption de vol

L’inauguration du nouveau navire Aline Sitoé Diatta sera le plus mauvais souvenir dans l’existence de la Société Maritime de l’Atlantique (Somat). Wade toujours fidèle à sa réputation a encore créé le scandale en annonçant le retrait de la gestion du nouveau bateau à la Somat.


Ainsi, il a tourné en dérision l’ambassadeur d’Allemagne qui, avant le discours de Wade a fait les éloges de la Somat qui, selon ses mots « fera une très bonne gestion du bateau comme il a été le cas avec le Willis » (Ndlr, le Willis, c’est le navire affrété par le Sénégal et qui assurait la liaison Dakar Ziguinchor). La scène s’est produite au port de Dakar où le président a officiellement réceptionné vendredi, le bateau Aline Sitoé Diatta qui reliera dès janvier prochain Dakar à Ziguinchor.

« J’ai décidé de confier la gestion du bateau à un groupe de sénégalais qui ont constitué un consortium national sénégalais d’activités maritimes », a déclaré Abdoulaye Wade, après près d’une minute d’arrêt marqué dans la lecture de son discours. Il poursuivit en annonçant que « ce sont des sénégalais connus, financièrement solides. Je leur ai demandé d’impliquer dans le capital, dans la gestion, des femmes de Ziguinchor, des femmes du Nord ». A ces mots qui ont surpris les journalistes et les officiels qui n’étaient pas au courant de cette information, certains ont répondu par de vigoureux applaudissements. « Le Sénégal vous fait confiance en mettant entre vos mains ce joyaux, vous, sénégalais qui avez fait vos preuves dans la gestion maritime et aussi dans les finances. Vous ferez une belle gestion de ce bijou de dix sept milliards, fruit de sacrifices de notre pays pour permettre le désenclavement de la région Sud ». Ainsi Wade a scellé le sort de la Somat dont il n’a même pas prononcé une seule fois le nom dans son discours et dont le logo trônait fièrement sur le navire.

Alors que la cérémonie d’inauguration a pris fin et que Wade partait, un homme attire toute la presse vers lui. Boubacar Bâ, qui s’est présenté comme le porte-parole de l’Association des familles, victimes du Joola a presque coulé des larmes. « C’est un drame, ce n’est sérieux, je suis écoeuré, déçu, je n’attendais pas ça du Président de la République » s’est indigné M Bâ sur un ton pleurnichard. Selon lui, la Somat a rassuré tout le monde avec la gestion qui a été faite du Willis. Toujours sur un ton empreint de colère et de révolte, il dit ne pas comprendre que le Président de la République décide de confier la gestion du Navire à des gens qui n’ont que l’argent et qui n’ont aucune expérience dans les activités maritimes. Boubacar Bâ qui n’a pu contenir ses larmes déclare que les familles des victimes qui ont suivi de près l’acquisition du navire Aline Sitoé Diatta, ne se laisseront pas faire. « Nous sommes trahis et, en bons citoyens, nous nous battrons pour éviter que des politiciens véreux écrasent les familles des victimes. Avec ce qui vient de se passer nous voyons que les gens n’ont pas tiré les leçons du drame du Joola » a-t-il souligné, visiblement dépassé par la tournure des évènements. Le révolté Boubacar a révélé que la Somat a étroitement collaboré à la construction du bateau et maîtrise mieux que quiconque la gestion technique du navire, à l’en croire, ce sont même des techniciens de la Somat qui ont amené le bateau à Dakar depuis le chantier de construction en Allemangne. « On ne peut pas mettre de côté une telle société pour confier la gestion du bateau à des gens qui ne savent rien d’un navire. Ainsi on est en train de créer un autre mouroir » a-t-il déploré avant d’ajouter que c’est vraiment ingrat le traitement fait à la Somat. Du côté de la Somat, c’est une catastrophe qu’on ne peut digérer. Le chargé en communication de la société Jacques Yok, n’a pu cacher sa colère quand nous l’avons joint pour en savoir plus. « Vous êtes journaliste et après ? que voulez-vous que je vous dise ? Je n’ai rien à dire, rappelez dans une semaine » a-t-il fulminé avant de nous raccrocher au nez sans autres formes d’explications. Même le ministre d’Etat, ministre de l’Economie maritime, Souleymane Ndéné Ndiaye, n’a pu rien dire à propos de la société qui va gérer le navire Aline Sitoé Diatta. Pour le moment on ne sait rien de la société qui aura la gestion du navire même pas son nom. Ainsi, le navire qui baigne dans les eaux du port, commence très mal son arrivée à destination.

Rudolph KARL

Source : African Global News

Ce qui était convenu

En 2005 la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a accordé au Sénégal un prêt de 10 millions d’euros (6,5 milliards de F.Cfa) pour l’acquisition d’un bateau neuf. Cette somme s’ajoute aux 10 millions d’euros déjà débloqués en 2004 par la KFW (Banque allemande de développement) et la participation du Sénégal à hauteur de 7 millions d’euros.

Ces 27 millions d’euros serviront à la construction en Allemagne d’un nouveau bateau remplaçant définitif du « Joola » pour 21,5 millions € plus la réalisation des gares maritimes et la réparation des quais des ports de Dakar et de Ziguinchor et la construction d’un quai d’accostage sur l’île de Carabane.

Répondre à cet article