Des rappeurs sénégalais s’engagent dans la lutte contre la corruption

Musique - Une alliance composée d’une dizaine de groupes de rap sénégalais dirigée par le groupe « DAARA J FAMILY » et la section sénégalaise de Transparency International, Forum Civil, ont procédé mardi soir au lancement d’une compilation dénommée « Sakré corruption » pour contribuer à la lutte contre la corruption.


Selon l’un des membres du groupe Daara J, Fada Freddy, cette compilation a été initiée depuis 2007, soulignant qu’ils ont constaté que le fléau de la corruption a touché toutes les couches de la population et a créé des décadences sociales dans le pays et personne ne la dénonce.

Par le biais de cette compilation, les rappeurs veulent « montrer la voix aux autres et tirer la sonnette d’alarme afin de barrer la route à ce phénomène ».

Lors de la cérémonie de lancement de cette compilation, les initiateurs ont souligné les méfaits de la corruption dans les pays et sur la société.

Pour atteindre son but, la coalition envisage de mener une campagne de sensibilisation au Sénégal et en Afrique de l’Ouest et compte relancer ce projet dans les prochaines années, soulignant que « la corruption ne peut pas être éradiquée en un an ».

Dakar - 16/12/2008

Source : Pana

Lancement de l’album Sakré corruption : Compil’ contre un fléau

Sakré corruption, est le titre de l’album de la compilation nouvellement sortie par Daara-J family et plusieurs groupes de rap, dont Keur Gui de Kaolack, Makkan J, Pato, Fuk N Kuk, etc.

Révolté par méfaits de la corruption dans les Etats et les sociétés contemporaines, Ndongo D, coordonnateur de l’album, a jugé nécessaire de travailler sur ce sujet pour montrer que les ‘rappeurs sont toujours là pour combattre le fléau de la corruption par le biais de leur art’. La compilation comprend douze chansons, dont Mboukhoum de Makkan J, Yennu bu diis de Fuk N Kuk et Crazy Cool, Mea culpa de Seven 7 ou encore le titre collectif Cokoto. Dans ce dernier titre, les rappeurs dénoncent l’accaparement de l’économie nationale par une minorité de personnes.‘Cokoto, c’est-à-dire ceux qui gèrent des fonctions publiques ou les gouvernants qui s’emparent des fonds publics pour leurs propres comptes’ dénonce Ndongo D.

Fada Freddy, de son côté, donne l’exemple des populations de Sabodola et de Kirène, qui, selon lui, ne profitent pas de leurs richesses en ressources naturelles. ‘Il y a donc une corruption dans ces localités’, soutient le rappeur ‘Je crois à la téranga (hospitalité) sénégalaise, mais non à la téranga destructive ; c’est de la corruption’, fait savoir Fada Freddy. Avant d’ajouter que ‘le combat va continuer parce que la corruption ne peut pas être enrayée en un seul jour’.

Le rappeur du groupe Keur Gui de Kaolack, Thiate voit le rap comme un moyen de faire passer un message de vérité. Il fait appel à la population pour exprimer leur ras-le-bol, de façon pacifique, par une mobilisation lors des concerts de promotion de l’album, les 23 et le 25 décembre à Guédiawaye.

Ousmane DICKO

Source : Walf

Répondre à cet article