Depuis neuf ans, le président Wade hors du Sénégal tous les dix jours

L’étude a été faite par Aid Transparency, que dirige Jacques Habib Sy. Elle a été relayée par le quotidien « Kotch » : le président Abdoulaye Wade est « le plus grand voyageur depuis Alexandre Le Grand » ; soit depuis le temps de la Rome antique.


En matière de séjour à l’étranger, le président sénégalais dame le pion à tous ses pairs. Pour preuve, les présidents Carter, Bush père et fils, Clinton, Obama, Chirac et Sarkozy, Helmut Kohl et Angela Merkel, tous réunis, n’ont pas fait la moitié du temps que le président Wade a passé à voyager, hors de son pays, en neuf ans seulement à la tête du Sénégal. Durant les quatre premières années de son exercice du pouvoir, soient 1584 jours, le président Wade avait passé 446 jours à l’étranger ; soient un an, 2 mois et 21 jours.

En neuf ans passés à la tête du Sénégal, le décompte de ses déplacements laisse ahuri qui s’y penche : En moyenne, il a effectué 37 voyages par an, c’est-à-dire 3 déplacements par mois ou une randonnée à l’extérieur tous les dix jours.

Le document étale que le président Wade se rend fréquemment, par ordre de grandeur, en France, aux Etats-Unis d’Amérique la Suisse et l’Arabie Saoudite. On devine aisément pourquoi. En tout cas, de ce fait, il indispose le Quai d’Orsay autant que la Maison blanche, décidés à prendre des mesures contre ses visites coûteuses inopinées et inutiles. Wade est un informel, l’Occident travaille sur la base de l’organisation et de la méthode. Elle programme, tandis que Wade improvise. S’il est fréquent à l’étranger, ce n’est pas le cas à l’intérieur du Sénégal. S’il est plus ou moins fréquent à Touba, pour des desseins politiques, enveloppés sous une prétendue foi, il ne se rend dans le Sénégal des profondeurs qu’à l’occasion de campagne électorale. Ce sont ses fréquents voyages, qui font que le Sénégal régresse sur tous les plans. Wade ne propose à ses compatriotes que la politique politicienne, qui ne nourrit pas les Sénégalais, qu’elle ulcère.

Mais, lui ne le sait pas. Car, étant toujours dans les nuages. Les frais de location d’avion, de logement, de restauration qu’engendrent ses multiples voyages, indiquent combien il a saigné le Sénégal ; sans oublier les « cadeaux » qu’il distribue à l’occasion. Des milliards qui pouvaient sauver beaucoup de vies et rendre heureuses bien des familles. Mais, le président Wade ne pense pas à l’heure du bilan.

Source : Xibar

Répondre à cet article