Centenaire du père de Présence africaine : 2010, année Alioune Diop

Alioune Diop, fondateur de la revue Présence africaine aurait eu cent ans cette année. Pour lui rendre hommage, la section sénégalaise de la Communauté africaine des cultures organise une série de manifestations à Dakar et Saint Louis, la ville natale de l’éditeur.


Pour marquer le centenaire de la naissance de l’éditeur Alioune Diop, créateur de Présence africaine, décédé en 1980, la Communauté africaine des cultures/section sénégalaise (Cac/sen) organise des manifestations à Saint-Louis et à Dakar.

La première partie débute le dimanche 10 janvier prochain avec l’inauguration d’une plaque devant la maison qui l’a vu naître un 10 janvier 1910 à Saint-Louis. Le fondateur de la revue Présence africaine sera honoré par la vieille ville, aux quais des arts avec la projection d’un film documentaire intitulé Alioune Diop : tel qu’ils l’ont connu.

Une table ronde est prévue à l’Université Gaston Berger, le mardi 12 janvier, sur sa vie et son œuvre. Le thème sera introduit par l’écrivain Djibril Tamsir Niane. Après Saint-Louis, le Méridien président de Dakar accueillera un colloque de trois jours, du 3 au 5 mai 2009. Le thème : ‘Alioune Diop, l’homme et l’œuvre face aux défis contemporains’. Les sous-thèmes retenus sont les suivants : ‘Présences africaine : décolonisation et devenir culturel de l’Afrique et de ses diasporas’ ; ‘Peut-on parler aujourd’hui de panafricanisme et de l’homme noir ?’ ou encore ‘Le rôle des intellectuels africains et des diasporas dans l’actualisation du projet d’Alioune Diop, l’engagement en question’.

La coordonnatrice à Dakar de la Cac/sen, Madeleine Devès Senghor, a annoncé hier, à l’occasion d’un point de presse, l’organisation d’olympiades à l’intention des lycéens des villes de Dakar, Thiès, Ziguinchor et Saint-Louis. Pendant trois mois, les concurrents se mesureront et la remise des médailles se fera le 5 juin à Dakar pour les gagnants de chaque discipline. Les compétitions feront appel aux capacités intellectuelles et physiques des jeunes. Ainsi à côté des épreuves de dissertation, d’orthographe, de poésie, de rap poétique et de chant choral, il y aura une course de relais.

Pour Andrée Marie Diagne, membre du comité d’organisation du centenaire de la naissance de l’éditeur, il ne saurait être question de célébrer Alioune Diop sans le chant d’où le concours de chant choral africain. L’idée des olympiades est inspirée des compétitions organisées depuis des années par l’Unesco. En marge de ces manifestations, une exposition inspirée de l’itinéraire d’Alioune Diop se tiendra au musée Théodore Monod de l’Ifan.

Awa GUEYE

Source : Walf

Répondre à cet article

2 Messages de forum