Avec comme invités Awadi, Fafadi, Daraa-J Family,… : Adiouza en concert à l’ex-Ccf

Pour la première de Adiouza au Sénégal, l’Institut Français servira de cadre pour abriter la représentation vendredi prochain.


Par G. A. TCHEDJI

Adji Kane Ouza Diallo, plus connue sous le nom de Adiouza, fille du musicien sénégalais Ouza Diallo sera en concert ce vendredi à l’Institut Culturel Léopold Sédar Senghor. Une soirée qui s’inscrit dans le cadre des activités de promotion initiées par son staff après la sortie en novembre dernier, de son premier album intitulé Maadu. Face à la presse hier pour édifier l’opinion sur le programme de sa tournée nationale, la jeune artiste, « révélation féminine de l’année 2008 » selon beaucoup d’observateurs de la scène musicale sénégalaise, a exprimé sa « joie de jouer aux côtés de son groupe », mais surtout pour un « concert en live ». « On m’a souvent vue dans les clips à la télévision ou ailleurs. Mais c’est la première fois que je serai en live sur une scène sénégalaise », a affirmé Adiouza qui ne manque pas de se réjouir de pouvoir offrir ce spectacle aux côtés de grands noms du mouvement hip-hop sénégalais. Didier Awadi, Fafadi, Daraa-J family et d’autres « invités surprises » se produiront en effet aux côtés de Adiouza, pour ce concert qui marque l’ouverture d’une tournée devant la conduire le 17 juillet à Rufisque, le 18 juillet à Yengoulène et le 1er août au Cercle Messe des officiers entre autres dates. Et, lorsqu’on demande à Adiouza les raisons du choix des rappeurs pour son premier spectacle, elle explique qu’elle a toujours eu un goût prononcé pour la musique de ces teenagers sénégalais. C’est à l’âge de 15 ans que Adiouza fait ses premiers pas sur la scène aux côtés de son frère Cheikh Lô Ouza Diallo, pianiste choriste et chanteur. C’est ce dernier qui l’a initiée à la musique. Même si leur père a toujours œuvré pour faire d’elle « l’intellectuelle de la famille ». C’est d’ailleurs pour respecter le désir de son père qu’après son bac, elle s’inscrit à l’université Paris 8 pour y suivre des études en ethnomusicologie. Dans le même temps, elle suit des cours de solfège de piano, batterie et de guitare au Conservatoire. Son dernier album Maadou arrangé par Cheikh Lô Ouza Diallo et réalisé par Ibou Ndour est composé de 11 titres. Des morceaux qu’elle balancera vendredi prochain pour la gaité des spectateurs dakarois. arsene@lequotidien.sn

Source : Le Quotidien

SPECTACLE Adiouza en tournée nationale et sous-régionale

Article Par MARIA DOMINICA T. DIÉDHIOU, Paru le Mercredi 8 Jui 2009

Le succès de son premier album « Maadou » l’a propulsée au rang de la révélation féminine de l’année 2008. Adji Kâne Diallo, plus connue sous le sobriquet d’Adiouza, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a surtout marqué les Sénégalais avec notamment la reprise du classique Carmen. Et, dans le cadre de la promotion de cette production et pour plus communier avec ses fans, elle sera en tournée nationale et sous-régionale. À noter que pour la première fois depuis la sortie de l’opus, la fille du chanteur et musicien Ouza sera découverte en live avec un spectacle soigné.

La tournée de Adiouza démarre ce vendredi 10 juillet par un spectacle au centre culturel Français Léopold Sédar Senghor en compagnie de groupes de rappeurs comme Daara J family, Didier Awadi, et du reggaeman Fafady, et bien d’autres invités. L’interprète de « Nobel » a surtout tenu a invité les jeunes qui évoluent dans le milieu du Hip Hop car elle ne se sent pas encore au niveau des autres artistes de la trempe de Viviane, Titi...

D’autres dates ont également été retenues dans d’autres lieux de spectacle de Dakar. Les régions de Thiès, Saint Louis, Kaolack ne sont pas en reste. Dans la sous-région, la chanteuse a ciblé la Mauritanie, le Mali, Le Burkina Faso. Face à la presse hier, la nouvelle coqueluche de musique sénégalaise a fait appel aux sponsors pour d’éventuelles collaborations. « Comme je viens de démarrer, ce n’est pas trop évident. Je suis ouverte à toutes propositions », a-t-elle soutenu égayant l’assistance de son sourire habituelle.

Source : L’obs

Répondre à cet article