Atépa viré de la cathédrale / viré du palais

Pierre Goudiaby Atepa chassé de la Cathédrale

Il ne faisait pas bon hier d’être un chrétien proche du président de la République Abdoulaye Wade. Pierre Goudiaby Atepa, le conseiller spécial du chef de l’Etat, en a fait l’amère expérience.


Entré à l’intérieur de la Cathédrale au moment où les policiers jetaient des grenades lacrymogènes et au moment où des gens s’évanouissaient dans l’enceinte de l’édifice, il a été chassé, sans ménagement, de la Cathédrale. Il sera expulsé par des manifestants en furie, qui on vu en lui le collaborateur de Wade. Et, c’est grâce à la protection d’un individu qu’il a pu sortir de la Cathédrale sous les insultes et huées de manifestants en furie. L’architecte qui était présent lors de l’allocation du cardinal, devait s’attendre à un pareil accueil.

En effet, au moment où le cardinal répondait aux attaques de Wade dans la cour de l’église, des pancartes appelant à la démission de tous les chrétiens du gouvernement circulaient dans l’assistance. On pouvait ainsi lire : ‘Nous demandons à tous nos parents chrétiens de quitter ce gouvernement de francs-maçons’, ou encore : ‘Nos chers parents, préférez la dignité à l’argent’.

Source : Walf

VENU POUR JOUER LES MEDIATIONS AVEC L’EGLISE, ATEPA SE FAIT VIRER PAR WADE

Un nouveau clash entre le président de la République et Pierre Goudiaby Atépa ! C’est ce que font savoir des sources qui ont pignon sur rue au Palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor. La brouille entre les deux hommes est intervenue lorsque l’architecte-conseiller est venu jouer les bons offices entre le maître de céans et l’Eglise, suite aux déclarations maladroites du chef de l’Etat sur la statue du Monument de la Renaissance.

Ce n’est plus le parfait amour entre le président de la République et son conseiller spécial Pierre Goudiaby Atépa. Ce dernier, comme il a l’habitude de le faire en cas de crise, était venu lui proposer sa médiation pour apaiser la polémique née de la sortie de Me Wade sur « la vénération de Jésus par les Chrétiens, en lieu et place de Dieu ». Mais selon des sources établies à la Présidence de la République, l’audience entre le chef de l’Etat et l’architecte-conseiller a tourné court, lorsque le président est sorti de ses gonds pour rabrouer M. Goudiaby. Il lui aurait même intimé l’ordre de ne plus se mêler des affaires de l’Episcopat et de se contenter de son statut d’architecte.

D’autres sources vont jusqu’à affirmer que Me Wade a purement et simplement viré Atépa et a demandé aux gendarmes de ne plus le laisser entrer au Palais… Après plusieurs tentatives pour recueillir sa version des faits, Pierre Goudiaby Atépa nous a affirmé qu’il n’avait rien à dire. Mais avant cela, il nous a demandé de lui répéter au téléphone le contenu de l’information que nous avons reçue, pour permettre à une personne (laquelle ?) qui était présente à ses côtés de bien nous entendre. Ce qui nous avons accepté volontiers. Et après nous avoir réécouté, il a répété : « Je n’ai rien à dire. »

Cette rupture entre le président de la République et Atépa, si elle était confirmée, ne serait pas la première. Car, on se souvient de la fracassante démission, il y a un peu plus de deux ans, de l’architecte, lorsque sa médiation entre le pouvoir et l’opposition avait échoué. Mais peu de temps après, les deux « amis » s’étaient retrouvés.

Source : L’obs

Répondre à cet article