ATTRIBUTION D’AUTORISATIONS ILLEGALES DE PECHE Greenpeace Afrique rappelle à Macky sa promesse de légaliser le secteur

A peine Macky Sall proclamé Président de la République du Sénégal, que l’ONG Greenpeace a tenu à lui rappeler sa promesse de faire de la gestion de nos pêcheries une priorité et de s’investir à revoir les autorisations illégales de pêche octroyées aux chalutiers étrangers. L’organisme a aussi attiré l’attention sur l’abandon de toute sanction à l’encontre des 13 chalutiers étrangers pris en flagrant délit de pêche illégale.


Macky Sall qui a été élu quatrième Président du Sénégal devra faire face à une gestion calamiteuse de nos ressources halieutiques, par le régime sortant. C’est ainsi que l’organisme Greenpeace, après l’avoir félicité, lui a rappelé sa promesse de faire de la gestion de nos pêcheries, une priorité et de s’investir à revoir les autorisations illégales de pêche octroyées aux chalutiers étrangers. Greenpeace rappelle donc au leader de la coalition « Macky 2012 » et nouveau Président, cet engagement et l’invite à prendre les mesures qui s’imposent pour une gestion durable des ressources halieutiques au Sénégal.

Cette intervention de l’organisme fait suite au scandale de l’octroi d’autorisations de pêche illicites, à 13 chalutiers pélagiques étrangers, pris en flagrant délit de pêche illégale et arraisonnés, ces dernières semaines.

En outre, selon les informations fournies par Greenpeace, ce sont, dorénavant, 44 chalutiers pélagiques géants, dotés de capacités de capture pouvant aller jusqu’à 250 tonnes, par jour, qui sont « autorisés » à hanter les eaux sous juridiction sénégalaise. En marge de tout cadre légal et, confiants quant à leur impunité, ces chalutiers étrangers, majoritairement russes ou battant pavillon de complaisance, se livrent à un pillage en règle des ressources pélagiques, dont ils menacent très sérieusement la pérennité.

C’est donc, au combat contre ce pillage de nos mers que Greenpeace appelle le nouveau Président Macky Sall. Mamadou DIOUF

Source : rewmi

Répondre à cet article