AFFAIRE KAMBEL DIENG ET KARA THIOUNE : Le ministre de l’Intérieur blanchit la police

NETTALI - Les éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) de la police ne sont pas responsables de ce qui est arrivé aux journalistes Boubacar Kambel Dieng de la Rfm et Karamokho Thioune de West african democracy radio (Wadr). C’est en tout cas ce qui ressort d’une « enquête » que les services du ministère de l’Intérieur disent avoir mené « sereinement ».


En effet, dans un communiqué rendu public hier, le ministre de l’Intérieur Cheikh Tidiane Sy soutient que « c’est le journaliste Boubacar Kambel Dieng qui, par son comportement, a provoqué l’affrontement avec les policiers, en assénant un coup de poing à l’un des gradés avant de se diriger vers les vestiaires tout en vociférant pour alerter ses confrères ». Selon le ministre, c’est ce qui ressort de « l’enquête exhaustive menée par les services compétents ».

Pis, Cheikh Tidiane Sy soutient, dans son communiqué, que Kambel Dieng, actuellement sur son lit d’hôpital, « a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers qui avaient reçu comme consigne d’interdire toute interview en dehors de la salle de conférence prévue à cette effet ». Non sans accuser le journaliste de la radio privée Rfm d’avoir « proféré des propos injurieux à l’endroit de ces policiers ». Tandis que Kara Thioune, lui, est accusé d’avoir voulu « prêter main forte » à son confrère.

Et, selon Cheikh Tidiane Sy, « la réaction des policiers contre cet acte d’agression violent, gratuit et incivique, n’a pas tardé. » « C’est ainsi que, soutient le communiqué du ministre de l’Intérieur, les deux journalistes ont été neutralisés avec beaucoup de difficultés à cause de leur tentative de se dégager par tous les moyens. » Cheikh Tidiane Sy parle alors d’« attitude de rébellion caractérisée » qui a poussé les policiers à « recourir à l’usage de la force, mais dans le respect des gestes et technique appropriés dans ce type d’intervention ».

A l’en croire, ses éléments n’ont eu besoin « en aucun moment » de recourir à leur matraque électrique ou à un autre équipement au cours de cette intervention. Tout le reste, selon le ministre de l’Intérieur, n’est qu’information « tendancieuse ». D’ailleurs, Cheikh Tidiane Sy est d’avis que n’eut été « l’attitude agressive du journaliste Kambel Dieng, cet incident malheureux ne se serait pas produit au moment où les cœurs devaient être à l’unisson pour fêter la victoire des Lions ».

Source : Nettali

Répondre à cet article