> Actualités > Trophées des arts afro-caribéens : Barcelone ou la mort sacré meilleur (...)

Trophées des arts afro-caribéens : Barcelone ou la mort sacré meilleur docu

jeudi 25 septembre 2008

Les Trophées des Arts afro-caribéens, qui ont eu lieu avant-hier à Paris, ont récompensé des talents originaires des Caraïbes et d’Afrique noire, parmi lesquels le documentariste sénégalais Idrissa Guiro. Cette année, la musique mais aussi la littérature et le cinéma étaient à l’honneur.

Le documentariste sénégalais Idrissa Guiro, le rappeur franco-malien Mokobé, le groupe réunionnais Toguna, l’écrivain français François Durpaire... Voici quelques unes des personnalités récompensées aux Trophées des arts afro-caribéens, qui ont eu lieu mardi 23 septembre au Théâtre du Châtelet à Paris. Un lieu prestigieux, en plein centre de la capitale française, pour accueillir cette troisième édition de ce qui s’appelait auparavant les ‘Césaire de la musique’ - la cérémonie a dû changer de nom suite à la demande de la famille du défunt poète.

Pour cette édition 2008, il n’y avait pas que la musique à l’honneur. Des personnalités du cinéma, de la littérature, et de la télévision se sont également vu décerner des prix.

Dans la rubrique cinéma, le documentariste sénégalais Idrissa Guiro a été récompensés pour son premier film Barcelone ou la mort. De père sénégalais et de mère corse, le journaliste s’est rendu à Thiaroye, une commune de pêcheurs de la banlieue de Dakar d’où sont organisés des départs massifs vers l’Espagne, pour rencontrer les jeunes candidats à une nouvelle vie. Ce documentaire sur l’émigration sénégalaise avait déjà reçu le prix Louis Marcorelles décerné par le ministère français des Affaires étrangères, lors de la 30e édition du Cinéma du réel qui s’est tenue au Centre Georges Pompidou à Paris en mars dernier. Le film Daratt du Tchadien Mahamat Saleh Haroun a reçu le prix de meilleure fiction.

En littérature, l’écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé s’est vu attribuer le prix de la meilleure œuvre de fiction pour son roman Les belles ténébreuses. L’historien français François Durpaire, co-auteur avec Olivier Richomme de L’Amérique de Barack Obama, a reçu le prix du meilleur essai.

Enfin, côté musique, la chanteuse Fanny J, qui s’est fait connaître avec son titre : Ancrée à ton port, est la révélation de l’année, le Guadeloupéen DJ Wilson a reçu le prix du meilleur clip, Mon Afrique de Mokobé a été nommé meilleur album et le chanteur martiniquais Jean-Marie Ragald a obtenu le titre de meilleur artiste. Le groupe réunionnais Toguna est quant à lui meilleur groupe.

Les Trophées des Arts afro-caribéens ont été créés en 2006 en hommage au poète martiniquais Aimé Césaire, décédé en avril dernier. Ils perpétuent le combat du chantre de la Négritude pour le rapprochement des cultures.

Marina BELLOT (Stagiaire) (avec Rfo.fr)

Source : Walf

Répondre à cette brève