> Clash > Télé Maci Boolé

Télé Maci Boolé

jeudi 13 mai 2010

Souleymane Jules Diop Jeudi 13 Mai 2010

« La liberté politique ne se trouve que dans les gouvernements modérés... Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » MONTESQUIEU

J’avais fait le pari que le président de la République laisserait Youssou Ndour s’essouffler financièrement, avant de le laisser crouler avec sa télé, sous le poids de la dette. Je nourrissais le secret espoir d’être démenti un jour. Mais passés les moments d’euphorie et de jubilation, il faut se rendre à la triste évidence, Youssou N’Dour a cédé sur tout et Abdoulaye Wade sur rien du tout. Il voulait pour l’artiste de la Médina une télévision de confinement, il l’a obtenue. Ce sera tous les jours samedi soir, à la télé de Youssou N’dour. Le génie de Kébémer a encore réussi son coup. J’attendais du frère que j’ai tant admiré, qu’il s’opposât jusqu’au bout à ce personnage monstrueux. Aucun propriétaire des télés qui pullulent maintenant dans Dakar n’a été soumis à la règle de la preuve sur l’origine de son capital. Ensuite, aucune loi ne donne au président de la République la prérogative d’attribuer des fréquences. Il s’agit d’une décision abusive d’Abdoulaye Wade. Et pour finir, il n’y a aucun texte qui interdit à un promoteur d’aller chercher un financement dans une institution financière ou d’en recevoir d’un généreux donateur. Mais le plus inadmissible dans cette affaire, surtout venant d’un chef d’Etat qui se dit professeur de Droit, c’est que la charge de la preuve incombait à l’accusé. Il s’agissait ni plus ni moins, d’une présomption de culpabilité. Abdoulaye Wade se réveille un beau matin, accuse injustement un honnête citoyen sans la moindre preuve et pendant deux ans, sa victime se tue à prouver son innocence. Il déclarait détenir les preuves de ce qu’il avançait et surtout, un chèque signé Vincent Bolloré. C’était donc un mensonge que des journalistes se sont malheureusement empressés de couvrir par un autre mensonge, « le président de la République a procédé à toutes les vérifications ». S’est-il demandé, lui Abdoulaye Wade, comment Vieux Aïdara, qui dit publiquement être l’ami de Karim Wade, a financé Canal Info ? La marche du pays, les droits et libertés ne dépendent plus de nos lois, mais du bon vouloir d’un homme. Il fait écrire dans un Communiqué de Conseil des ministres qu’un ami lui a offert 7 milliards de francs et refuse à de simples citoyens d’en faire autant. Abdoulaye Wade est un homme ignoble, mais il a trouvé des gens trop cupides pour le laisser prospérer. Il y a des moments où il faut préférer la mort à la capitulation. Youssou Ndour est sans aucun doute un homme admirable, mais je n’ai jamais vu un homme célébrer son propre renoncement avec autant de zèle. Il refusait de faire une télé culturelle, il va maintenant la faire. Abdoulaye Wade refusait de le laisser faire une télé généraliste, il accepte maintenant de ne pas en faire : « Le président Wade n’a posé aucune condition. J’ai voulu la télévision culturelle, c’est ce que nous connaissons. Le culturel, c’est tout. Donc j’ai dit que je vais faire une télévision culturelle, au moins jusqu’à la fin des échéances futures. J’ai opté pour le format culturel ». Entendons-nous bien. Youssou N’dour avait depuis deux ans une licence pour une télé culturelle. Il a fait la demande pour une télé généraliste, il ne l’a pas obtenue. Abdoulaye Wade n’a posé aucune condition parce que vous avez accepté toutes ses conditions, cher monsieur. Il n’était donc point besoin d’invoquer tous ces Saints et de remercier tous ces khalifes généraux, si c’était pour se contenter de si peu. J’ai trouvé les explications longues et laborieuses. Démocrates et républicains, Clinton et Bush, Obama et Mc Cain ont tous été appelés à la rescousse. Sur quoi Abdoulaye Wade a raison, la politique est un art trop compliqué pour le lead vocal du Super Etoile. Il devrait se garder de s’y aventurer. Mais ce qui m’a mis KO, ce sont ses « merci Ablaye Wade ». Ca, c’était du grand art.

Le scandale des 20 milliards de Sudatel, l’affaire du blanchiment raté des 5000 milliards turcs, tout est maintenant noyé dans un brouhaha indescriptible. Ne subsistent dans les médias que le geste magnanime d’Abdoulaye Wade et le merci appuyé de Youssou N’dour. Abdoulaye Wade passe maintenant, curieux renversement de situation, pour un homme bien. Il corrige les erreurs, répare les injustices, alors qu’il n’a cédé sur rien du tout. C’est plutôt de Youssou N’dour que nous avons entendu s’engager publiquement à ne faire que du « culturel ». Dans cette guerre que nous avions engagée contre l’injustice, nous étions certes démunis face à l’étendue du pouvoir d’Abdoulaye Wade. Youssou N’dour en a souffert financièrement, perdu énormément d’argent, comme il l’a avoué lui-même. Mais il avait contre la force d’Abdoulaye Wade, le soutien des sénégalais. Au moment de célébrer sa « victoire », n’étaient malheureusement autour de lui que de petits courtisans, de petits marabouts et des lutteurs à la retraite. Nous avons été de son côté parce qu’il avait la vérité de son côté. Autrement, je me serai personnellement contenté de l’écouter chanter. Au-delà de la licence télé, il s’agissait d’établir les bases d’une gouvernance plus juste pour tous, pas pour Youssou N’dour tout seul. En allant négocier à deux heures du matin en présence de Karim Wade, il ne fait que cautionner ce que nous avons toujours dénoncé ensemble. Nous espérions, vous et moi, qu’il se battait pour sauver le Sénégal. Mais pour le moment, il n’a fait que se sauver. Un journaliste s’est interrogé fort à propos, sur l’avenir du Mouvement Fekke maci boole. Une jonction extraordinaire, jamais vue dans ce pays depuis les luttes pour l’indépendance, allait se constituer entre des personnes que rien ne devait unir. Je veux parler de Mansour Sy Jamil, Bara Tall, Cheikh Tidiane Gadio et Youssou N’dour. Les médias occidentaux ne parlaient plus du célèbre chanteur sans évoquer ses déboires avec le régime « corrompu » d’Abdoulaye Wade. Puisqu’ils accompagnaient toujours leurs articles de révélations scandaleuses, Abdoulaye Wade a fini par penser qu’il y était pour quelque chose. La dernière, l’affaire du blanchiment de l’argent turc, de loin le plus grand scandale du magistère d’Abdoulaye Wade, a été révélée par le journal L’Observateur, avec les preuves irréfutables de l’implication du président de la République. Le patron de Futurs médias avait pourtant les moyens pour se défendre. Il possède la plus grande machine médiatique du pays : le premier journal et la première radio du Sénégal en termes d’audience. Mais il faut le dire pour le regretter, il manque à Youssou N’dour ne courage qui fait la marque des grands hommes. Le génie de Kébémer étant un homme prévenant, il va diviser ceux qui voulaient s’unir contre lui pour mieux les combattre. Les objectifs ne sont plus les-mêmes, donc le combat ne peut plus être le même. Mansour Sy Jamil Cheikh Tidiane Gadio et Bara Tall combattent ouvertement le régime d’Abdoulaye Wade. Youssou N’dour l’a juré sur l’honneur, il ne combat personne et n’exclut pas de soutenir celui que nous combattons tous. Notre seul espoir est que le pays est dans un tel état de désespérance, les Sénégalais dans une commisération telle que ceux qui suivront Abdoulaye Wade partiront avec lui. Mais ça ne suffit pas pour décourager le lead vocal du Super étoile : « Avec les gens qui sont avec moi, nous allons bien analyser pour voir qui nous allons soutenir. » You le berger croit lui aussi qu’il a un troupeau de vaches à mener aux pâturages. Le destin des « grands z’ommes » tient à si peu de choses, chers lecteurs !

Souleymane Jules Diop

Source : Seneweb

Répondre à cette brève