> Actualités > Sonorités africaines pour le premier album international des frères Guissé du (...)

Sonorités africaines pour le premier album international des frères Guissé du Sénégal

mardi 26 août 2008

Des sonorités guinéennes dans « Fabala », un hymne à la jeunesse ouest africaine, maliennes dans « Laram », une ode à la bien aimée, ou mauritaniennes dans « Midani », morceau a cappella lançant un appel à l’unité, autant de mélanges et de rythmes « pour voyager dans la musique » des Frères Guissé qui ont présenté lundi à la presse, un opus de 12 titres.

Pour les Guissé : Cheikh, Djiby et Aliou, ce nouvel album sorti 8 ans après « Ndèye », en 2000, sonne le début d’une carrière internationale malgré une notoriété et de nombreuses tournées dans le monde entier.

« C’est notre premier album international car nous considérons que nous sommes à nos débuts », affirme Cheikh, tandis que son frère Djiby fait remarquer que ce long silence de 8 ans « a été important dans notre carrière pour reconsidérer notre activité ».

« La musique n’est plus prise au sérieux », affirme Djiby, ajoutant qu’un militantisme dans le mouvement associatif a permis au groupe de bien défendre les revendications sociales des musiciens sénégalais, liées entre autres à la sécurité sociale et aux taxes énormes « qui tuent l’art au Sénégal ».

Le musicien compositeur a lancé un cri de détresse pour les artistes qui vivent dans un environnement très difficile, déplorant l’absence de circuit de distribution de la musique au Sénégal.

Des restaurants, vendeurs de journaux et même des jeunes, seront ciblés pour la vente de cet opus « à la fois authentique et ouvert », a dit Cheikh.

D’autres musiciens tels que Soliba Kouyaté, ont participé à cet album titré « Yakaar » ou l’espoir. Selon les frères Guissé, cette quatrième production après le premier album « Fama » en 95, « Ciré » en 98 et « Ndèye » en 2000, « est profondément ancrée dans la vie quotidienne ».

L’album « met en évidence les sonorités peules du Sahel », une musique d’ouverture « qui s’est déplacée puis est revenue », selon les frères Guissé.

L’album « Yakaar », disponible sur le marché sénégalais, est produit par la maison Mon Slip, en France.

Source : APA

Répondre à cette brève