> Actualités > Sénégal : Un modèle en miettes.

Sénégal : Un modèle en miettes.

jeudi 7 août 2008

Que devient ce pays, élevé autrefois en modèle de tolérance démocratique et récipiendaire privilégié de l’aide publique au développement la plus élevée par tête d’habitant du continent ? La déception gagne des secteurs de plus en plus larges. Personnalisation du pouvoir, manque de transparence dans la gestion des affaires, propension à privilégier les travaux de prestige, forte détérioration des finances publiques, corruption chronique. Les réponses du chef d’État au déficit démocratique comme aux crises économiques, et notamment celle déclenchée par la hausse des produits alimentaires, sont arrogantes et puériles à la fois. Telle la critique qu’il a adressée à la FAO, qu’il tient pour responsable de la crise alimentaire mondiale et africaine en particulier – alors que pendant son premier septennat peu ou rien n’a été fait pour encourager la production vivrière, l’essentiel des investissements publics allant toujours à l’agriculture de rente ! Et ce ne sont pas les programmes de revitalisation de l’agriculture lancés tardivement et sous-financés, ou la nouvelle Grande offensive pour l’agriculture et la nourriture en abondance (Goana), qui apporteront une solution, même partielle, à cette crise majeure que traverse le pays. L’échec de la diversification de l’économie – qui avait été au cœur du « sopi » (le changement) du candidat Wade en 2000, projet volontariste ayant rallié la presque totalité des forces politiques contre le pouvoir détenu par le Parti socialiste – est une évidence. Certes, le système économique mondial ne favorise guère l’essor des pays pauvres comme le Sénégal. Mais le pouvoir s’est cantonné dans une vision technocratique et velléitaire du développement, n’a pas su innover, et encore moins fédérer les forces vives, son véritable atout lors de l’alternance de 2000. Aujourd’hui, le Sénégal détient le triste record des départs illégaux pour l’Europe. Les Assises nationales qui viennent de s’ouvrir à Dakar se proposent d’établir un diagnostic afin d’appliquer une thérapie appropriée. Sera-t-il trop tard pour rectifier le tir ?

Source : Afrique Asie

Répondre à cette brève