> Actualités > Réplique monumentale au chef de l’Etat : Les Imams renvoient Wade au (...)

Réplique monumentale au chef de l’Etat : Les Imams renvoient Wade au Daara

lundi 7 décembre 2009

L’attaque du président de la République contre les Imams qui ont exprimé, à travers leur sermon de la « Tabaski », leur opposition à l’édfication du Monument de la Renaissance africaine n’emporte pas leur adhésion. Loin d’être convaincus par Me Wade, ces derniers estiment avoir fait leur devoir de religieux en sensibilisant les fidèles sur ce que dit l’Islam à propos des statues.

L’attaque du président de la République contre les Imams qui ont exprimé, à travers leur sermon de la « Tabaski », leur opposition à l’édfication du Monument de la Renaissance africaine n’emporte pas leur adhésion. Loin d’être convaincus par Me Wade, ces derniers estiment avoir fait leur devoir de religieux en sensibilisant les fidèles sur ce que dit l’Islam à propos des statues. Toutefois, Imam Ismaïla Ndiaye de la mosquée de l’Ucad appelle les marabouts, les associations islamiques et autres fidèles à se dresser contre l’édification de ces statues qui essaiment à travers la ville de Dakar.

Par Daouda GBAYA

En réponse aux Imams qui, à travers leur sermon, ne cessent de dénoncer l’édification du monument de la Renaissance africaine, le chef de l’Etat, Abdoulaye Wade a déclaré, vendredi dernier, à l’occasion d’une visite du chantier, que « les Imams ne savent rien et ne s’informent pas (voir archives) ». Mais la réaction des Imams ne s’est pas fait attendre. Evitant d’« entrer en polémique » avec le chef de l’Etat, Ismaël Ndiaye, Imam de la mosquée de l’Ucad dont le sermon lors de la prière de la Tabaski était axé sur l’érection de la statue, déclare : « Nous sommes surpris que de tels propos émanent de lui (Wade), surtout s’ils sont destinés à une frange de la population que sont les Imams qui, dans les enseignements de l’Islam, jouissent d’un certain respect. » Et de poursuivre : « Mais nous, nous sommes des transmetteurs de savoirs ; nous ne disons que ce que l’Islam nous enseigne. Et dans ce que l’Islam nous enseigne, nous avons appris ; l’interdiction de l’édification de statues. » C’est le cas, selon lui, du monument de la Renaissance africaine juché sur l’une des collines de Ouakam. Pour Imam Ndiaye, cette interdiction est « générale », contrairement à ce que soutient Abdoulaye Wade, qui estime qu’il est permis d’édifier une statue « juste pour la contempler et admirer sa beauté ». A ce sujet, l’Imam de la mosquée de l’Ucad rapporte un hadith prophétique : « Le Prophète (Psl) a dit que pendant trois jours, l’ange Djibril n’a pas pu accéder à sa chambre parce qu’il y avait une statue devant la porte. Il a dû couper la tête de la statue pour permettre à l’ange Djibril d’accéder à sa chambre. Et personne n’ose imaginer que le Prophète adorait une statue ; il ne l’adorait point. » Et les textes relatifs à l’édification de statues sont, selon lui, tellement nombreux qu’il ne perdrait pas son temps à discuter de ces principes-là avec des gens qui ne sont pas sensés maîtriser les textes de l’Islam. Le plus important pour Imam Ndiaye, « stupéfié » par la sortie de M. Wade, est de « conscientiser une certaine frange de la population afin qu’elle sache que nous sommes dans un pays musulman. Et, dans un pays musulman, il y a certaines convictions qu’il faut respecter ». Un autre qui a aussi eu à dénoncer l’édification de cette statue dans son sermon de la prière des deux raakas de l’Aïd el Kébir, c’est Imam Libasse Laye de Yoff. Interpellé sur la déclaration de Wade, cet Imam préfère lui opposer le mépris. « Je ne trouve pas utile de répondre à Wade. Mon but n’est pas de polémiquer avec le Président Wade. J’ai voulu, à travers mon sermon, édifier les gens sur ce que l’Islam dit par rapport à la statue. Demain, je serai quitte avec mon Créateur. » Saliou Ndiaye, Imam de la mosquée des Hlm Grand-Yoff, connu pour ses sermons critiques, ne dit pas autre chose. Il rappelle, à ce titre, le retour d’exil du Prophète, Mohamed (Psl) de Médine. « Lorsqu’il (le Prophète) est revenu à la Mecque, la première chose qu’il a faite, c’est de détruire les statues qu’adoraient les polythéistes dans la Kaaba. » Pour lui, « cela suffit largement comme preuve », pour interdire l’édification de statues. Un Imam qui a souhaité garder l’anonymat a, lui, mis les hommes religieux devant leurs responsabilités. « Wade ne sait rien de l’Islam. Que ceux qui ont dit que les statues sont permises sachent qu’ils ont une responsabilité devant Dieu. Si pour les beaux yeux de Wade, on se permet de raconter des contrevérités, c’est grave », s’écœure-t-il. Joignant sa voix à celle des Imams, le député Imam Mbaye Niang, à travers les ondes de la Rfm, samedi dernier, n’avait pas manqué de s’indigner. Le leader du Mrds doute même de la foi du président de la République. Il invite Me Wade, vendredi prochain, à un débat public sur ce que dit l’Islam à propos des statues.

HARO SUR LA GABEGIE Mais au-delà de cet aspect interdit ou permis, il y a l’aspect gabegie que constitue l’édification de cette statue. « Même ceux qui ne sont pas des profanes, qui sont des athées, savent aujourd’hui qu’il y a des choses beaucoup plus prioritaires dans le pays que d’édifier des statues à coup de dizaines de milliards pendant que des populations pataugent dans l’eau, vivent dans des difficultés. » En tant que « conseiller à distance » de cette couche défavorisée, Imam Saliou Ndiaye pense que son sermon allait « tomber dans des oreilles attentives ». « Tel n’a pas été le cas. Demain, devant Allah, nous serons exempts de tout ça », dit-il. Toutefois, l’Imam de la mosquée de l’Ucad invite les marabouts, les associations islamiques à s’ériger contre l’édification de ces statues qui essaiment à travers la capitale. « Aujourd’hui, c’est l’Islam qui est attaqué. Tous ceux qui prétendent défendre les intérêts de l’Islam doivent parler », prêche-t-il.

dgbaya@

Source : Le Quotidien

Répondre à cette brève