> Clash > Plus de 8000 enfants mendiants recensés à Dakar

Plus de 8000 enfants mendiants recensés à Dakar

mercredi 10 mars 2010

Les enfants mendiants sont de plus en plus nombreux à Dakar, et l’ampleur de ce phénomène inquiète l’écrivain Cheikh Hamidou Kane.

Cheikh Hamidou Kane, l’auteur de l’Aventure ambiguë, qui dirige le Conseil d’Administration du Partenariat pour le retrait et la réinsertion des enfants de la rue (Parrer) depuis 2006, a bénéficié, il y a quelques semaines, d’un financement de 23 millions FCFA de la part de la Cape (Cellule d’appui à la protection de l’enfance de la Présidence de la République), dirigée par Mme Ramatoulaye Ndoa Diouf, la conseillère spéciale du chef de l’Etat et chargée de l’enfance.

Ce financement constitue, selon elle, « la première génération de fonds publics destinés au financement des initiatives de retrait et de réinsertion des enfants de la rue », d’un montant total de 50 millions FCFA. La signature de cette convention de partenariat entre les deux parties avait lieu au siège du Parrer, sis à l’immeuble D du complexe Sicap point E, en face de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. En effet, le retrait et la réinsertion des enfants de la rue, l’incitation des pouvoirs publics à l’application effective des lois relatives à la protection de l’enfance, ou encore l’encouragement pour une meilleure connaissance du phénomène des enfants de la rue, tels sont, parmi d’autres, les objectifs du Parrer qui a déjà bénéficié d’un financement d’un million 700 000 de dollars du gouvernement japonais. Par ailleurs, une enquête conjointe de la Banque mondiale, du Bureau international du travail et de l’Unicef publiée en 2007 montrait que 8000 enfants mendiants étaient recensés dans la région de Dakar, dont 95% provenaient des régions de Kaolack, de Kolda et des pays limitrophes, comme la Guinée Bissau, le Niger, ou la Gambie où ils sont refoulés vers le Sénégal. « Nous estimons également au nombre de 150.000 à 200.000 les enfants de la rue qui sont dans les régions », a dit Cheikh Hamidou Kane. Et il espère résoudre ce phénomène dans un délai de 3 à 4 ans. Mais pour éradiquer ce phénomène, il privilégie des actions de prévention, à commencer par le maintient des enfants dans leurs régions d’origines grâce à la prévention. Et pour se faire, il annonce le « démarrage d’actions pilotes sur 6 mois ». Mais malheureusement, il affirme que pour l’instant, ces actions ne concerneront qu’une centaine d’enfants, même s’il entend impliquer les chefs religieux et l’ensemble des Sénégalais dans la lutte en faveur des enfants de la rue. Mais non sans demander que les autorités étatiques revoient la situation des « daaras » (les écoles coraniques), où des marabouts exploitent des enfants au lieu de leur apprendre le saint Coran.

ousmane diop -

Source Dakarbondy blog

Répondre à cette brève