> Histoire > Les bases françaises quittent Dakar

Les bases françaises quittent Dakar

samedi 20 février 2010

C’est parti, dirait-on, pour un début de « renaissance africaine ». Le Sénégal a décidé, vendredi, avec la France, de se séparer des bases françaises installées à Dakar depuis les indépendances.

Source : KOACI

Il est vrai que Paris avait annoncé sa volonté de supprimer certaines de ses bases un peu partout sur le continent. Sarkozy lui-même l’avait dit, il y a deux ans, lors d’une visite dans un pays africain. Eh bien, le cas du Sénégal sera effectif au courant de l’année. Paris a décidé de ne conserver que sa base située sur la façade atlantique du continent, au Gabon. La visite du chef de l’Etat français à Libreville, il y a quelques semaines de cela, était à ce titre, stratégique pour Paris.

Ce départ du Sénégal de la base française intervient au moment où le continent célèbre le cinquantenaire des indépendances. Le porte-parole du président de la République, Bamba Ndiaye a déclaré que « les bases françaises vont quitter le Sénégal, en vertu d’un accord, qui sera paraphé avant le 4 avril 2010 (anniversaire de l’indépendance du Sénégal), par les deux parties ». Une décision prise à l’issue d’une audience que le président sénégalais Abdoulaye Wade a accordée vendredi à Dakar au ministre de la Défense français, Hervé Morin.

Le contexte est, de toutes les manières, frappant puisque le départ des militaires français est considéré comme un début de la « vraie » décolonisation. Certains ont souvent parlé de néocolonialisme de la puissance occidentale sur le plan économique et politique. En plus, l’érection par le chef de l’Etat sénégalais du monument de la renaissance africaine à Dakar et qui sera inauguré la veille de la fête de l’indépendance, le 3 avril prochain, doit convaincre les peuples africains dont les Sénégalais que l’Afrique renaît de ses douloureuses plaies après trois siècles de colonisation.

Il faut rappeler que Paris a déjà fermé, dans le cadre de la « réorganisation de sa présence militaire en Afrique » la base d’Abidjan.

Répondre à cette brève