> Actualités > K’Naan, la voix de la Somalie

K’Naan, la voix de la Somalie

samedi 23 mai 2009

Une voix qui rappelle un peu celle d’Akon. Une allure et des traits proches de celle d’un membre de la noblesse éthiopienne… voilà à quoi fait tout de suite penser K’Naan.

Le jeune prodige du Hip Hop, originaire de Mogadiscio, Somalie, arrive avec son deuxième opus « Troubadour ».

A travers ses textes, dont la musique est fortement influencée par le Rap Old School et le son traditionnel africain, K’Naan crache sa fierté de ses origines, de son pays la Somalie, bien qu’il en ait été arraché à l’âge de 13 ans.

En effet, en 1991, après la chute du régime de Mohamed Siad Barré, qui déclenche l’un des conflits les plus meurtriers du continent, K’Naan quitte la Somalie avec sa mère pour rejoindre son père à New York, et finalement s’installer au Canada.

Victime des guerres et des conflits, la Somalie souffre de son histoire. Aujourd’hui encore, quand on prononce le mot « Somalie », on l’associe indubitablement aux pirates ou à la famine. Mais voilà, K’Naan milite à travers ses morceaux pour redorer l’image de sa terre d’origine. Il veut que le monde comprenne enfin que la Somalie n’est pas que guerres et conflits. A travers ses proses, il veut panser les plaies de sa terre natale et lui donner une image plus positive.

Une savoureuse fusion entre le Hip Hop et la sonorité africaine

Bercé depuis sa plus tendre enfance par le rap américain des années 90– son père Taxi à New York lui envoyait régulièrement des albums de rap américain–, k’Naan trouve à travers cette musique un mode d’expression qui n’’inflige aucune limite.

C’est véritablement en 2001, lors d’un concert donné pour l’anniversaire du Haut Commissariat aux Réfugiés, que K’Naan explose au grand jour à travers un slam sur l’ONU. L’icône de la musique sénégalaise Youssou N’Dour tombe immédiatement sous le charme et prend l’artiste somalien sous ses ailes.

K’Naan, c’est un savoureux mélange de Hip Hop et de la succulente mélodie africaine qui accompagne merveilleusement bien des textes profonds et engagés, qui frôlent la poésie. Le titre « Fire in Freetown » en est d’ailleurs un bel exemple.

Il ne s’impose aucune limite musicale, collaborant avec des artistes venant d’horizons divers comme Damian Marley (Reggae) sur le titre « I Come Prepared », Chubb Rock (Rap) sur le morceau « ABC’s », Adam Levine (Pop/Rock) sur « Bang Bang » ou encore Kirk Hammett, le guitariste de Metallica, sur « If Rap Gets Jealous ».

Source : L’Express.mu

Répondre à cette brève