> Actualités > INSTALLATION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL : Un « parasite » économique est (...)

INSTALLATION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL : Un « parasite » économique est né

dimanche 30 août 2009

Longtemps décrié par la majorité des Sénégalais, le fameux Conseil Economique et Social vient de voir le jour hier mercredi 29 juillet. Dirigée par l’ex-maire de St Louis Ousmane Masseck N’diaye, cette nouvelle institution installée à l’assemblée nationale par le président de la république Me Abdoulaye Wade est mal perçue, mal partie.

L’Etat du Sénégal, en dépit de la crise financière qui secoue le monde entier vient de se créer une nouvelle institution qui lui coutera inévitable une lourde charge. Au moment où les Sénégalais peinent à assurer les trois repas quotidiens, Me Wade a encore mis en place une de ces institutions qui va inévitablement encore sucer sur le peu qui devait servir aux « gorgoorlou » pour sortir de la crise qui mine tous les secteurs. C’est du moins l’avis des premiers « sondés »

Le nouveau-né est déjà fort de 120 personnes prises en charge par l’Etat. Pour C A D commerçant, cette institution est « une case de repos » pour les proches de Wade. Sommes-nous dans un moment où le pays peut faire d’autres dépenses non-rentables ? se demande-t-il.

Pourtant pour échapper à ces genres de critiques, le président de la république a presque sélectionné des représentants des sensibilités de toute la nation dans ce conseil. Car dans ce Conseil Économique et Social, figurent des syndicalistes, des journalistes, Mais n’empêche, bon nombre de sénégalais n’apprécient pas la venue de ce nouveau bébé de trop dans le contexte actuel.

Son véritable rôle n’est toutefois pas encore déterminé par Ousmane Masseck N’diaye qui s’est contenté de déclarer seulement que « le conseil économique et social appuiera sans réserve le gouvernement ».

L’importance et la raison d’être de cette institution ne sont pas encore justifiées par son président, pourtant les Sénégalais ont au moins le droit d’être imprégné de la nécessité de ce conseil décrié par Wade lui-même avant son accès au pouvoir. La première session ordinaire ouverte hier s’est consacre à l’installation des organes du conseil. « Notre session qui s’ouvre sera consacrée essentiellement à l’élection des organes chargés d’administrer notre institution » a déclaré Ousmane Masseck Ndiaye. La désignation de ces organes constitue un préalable avant de diagnostiquer toujours et encore les questions qui touchent les Sénégalais. « Ce n’est qu’après ces formalités administratives que nous nous attellerons à l’identification des problèmes cruciaux qui interpellent les Sénégalais » a décliné M N’diaye.

Selon les premières réactions, il est bon de parler des problèmes des Sénégalais, mais il serait beaucoup mieux de mettre un terme à leur souffrance. La balle est donc dans le camp de Ousmane Masseck N’ diaye et de ses co-équipiers.

Répondre à cette brève