> Agenda > Deuxième édition de battle Urbanation Bboy : Les breakdancers de la (...)

Deuxième édition de battle Urbanation Bboy : Les breakdancers de la sous-région en congrès à Dakar

vendredi 25 juin 2010

Le 2 juillet prochain, le stade Iba Mar Diop accueille la deuxième édition du battle interafricain Urbanation Bboy. Cette compétition de danse hip hop, organisée par l’association Kaay Fecc et Africulturban réunit le meilleur groupe de quatre pays africains. Des ateliers de danses sont organisés en marge de l’événement.

La deuxième édition du Battle interafricain Urbanation Bboy se tient le 2 juillet prochain à 19 heures au terrain de handball du stade Iba Mar Diop de la Médina. Ceci deux ans après la première organisée en 2008. Cette année, des groupes venus de Mauritanie, de Guinée, du Bénin et du Sénégal s’affronteront pour désigner le meilleur breakdancer de la sous-région. Avant la compétition, les participants bénéficieront de formations en danse au centre culturel Blaise Senghor du 23 juin au 1er juillet. Pour Gacirah Diagne, co-organisatrice, ‘l’événement contribue à la revalorisation et la professionnalisation de la danse hip hop au Sénégal’. En conférence de presse, hier au centre culturel Blaise Senghor, les promoteurs de l’Association Kaay Fecc et Africulturban ont présenté le programme détaillé. Le premier atelier ‘Danses traditionnelles’ du Sénégal est animé par le chorégraphe Moustapha Guèye de la Compagnie 5ème dimension, du 23 au 25 juin de 15 à 18 heures. Le but est ‘d’encourager les bboys (danseurs de breakdance) à s’inspirer de la danse traditionnelle’ souligne Gacirah Diagne. L’autre atelier, la ‘Danse hip hop’, sera assuré par le bboy français Guegorr, Georges Fagbohoun à l’état civil, du 27 juin au 1er juillet. Cette session de formation est réservée au crews (groupes) participants.

La présélection s’est déroulée dans six pays, qui sont en plus de ceux retenus le Niger et le Mali. Les organisateurs attendaient, hier, la confirmation de la participation du Mali. Les danseurs nigériens avaient donné leur accord mais le putsch survenu le 18 février dernier dans leur pays, leur a fait changé d’avis. Le Burkina Faso est absent de la compétition pour des problèmes d’argent.

Amadou Fall Ba, directeur artistique de Africulturban, explique la faible participation par le manque de danseurs hip hop dans certains pays africains ou de leur faible niveau. ‘Il y a des pays où il n’y a pas de danse hip hop, ou s’il y a en le niveau est faible’, a-t-il soutenu.

Le jury est composé par Baye Sooley du Pbs -Radikal, Chico et Guegorr. L’organisation n’exclut pas des aménagements sur cette composition. Le vainqueur reçoit un trophée réalisé par l’artiste Manel Sow et des lots offerts par les sponsors.

Le Pockemon crew de Lyon, ‘l’un des groupes les plus titrés’, est parrain de l’édition. Le Sénégal est représenté par le Punisher crew de Dakar, vainqueur du battle national organisé par l’association Kaay Fecc, le 18 mai dernier à Louga. La Mauritanie envoie le crew Nous ak Chiott, la Guinée le crew Black Killers et Bénin Le Double S Crew.

La plus grande compétition internationale de breackdance est prévue en Allemagne au mois d’octobre prochain. Le vainqueur aura le temps de se préparer à cette compétition. Ils souhaitent ‘exploiter le potentiel des danseurs’ pour que ce ne soit plus l’Afrique du Sud seulement qui représente le continent au niveau international.

Awa GUEYE

Source : Walf

Répondre à cette brève