> Agenda > 2ème Fesicar de Velingara en novembre 2008

2ème Fesicar de Velingara en novembre 2008

lundi 30 juin 2008

Carlos Dos Santos, directeur du Fesicar : ‘Nous voulons rendre visibles les facettes de la culture ouest-africaine’ Artiste et peintre, Carlos Dos Santos a lancé le premier grand rendez-vous des arts et de la culture dans la région de Kolda, dénommé festival international du carrefour (Fesicar). La première édition s’est tenue l’année dernière. Dans cette interview, il revient sur le rôle de cette manifestation dans l’intégration culturelle des peuples de la sous-région et les innovations de la prochaine édition.

Wal Fadjri : Quel bilan tirez-vous de la première édition du Fesicar ?

Carlos Dos Santos : Le bilan de cette première édition est largement positif. Du point de vue de l’organisation et de la participation, cela a été une réussite. Même si, sur le plan financier nous avons connu quelques difficultés. Malgré tout, nous avons pu mobiliser plus de 4 millions de Fcfa. Je profite de cette occasion pour remercier les responsables du département qui nous ont beaucoup aidés afin que cet événement soit un succès. Avec cette première édition, nous avons enregistré les participations de nombreux artistes et musiciens du Sénégal et de la sous-région. Il s’agit pour le Sénégal de Daby Baldé, un natif de Kolda, des artistes locaux, des orchestres gambiens avec Kaba, un chanteur Cap-verdien, Louis Armstrong Gomis et un artiste belge Chim. Les artistes-peintres sont venus de Ziguinchor, de Dakar et d’autres régions. Rendre visible les différentes facettes de la culture Ouest-africaine, c’est l’objectif à atteindre pour notre festival. Nous voulons également tout faire pour être inscrit dans l’agenda culturel du Sénégal.

Wal Fadjri : Quel rôle pourrait jouer le Fesicar dans l’intégration des peuples de la sous-région ?

Carlos Dos Santos : Il y a beaucoup de choses qui lient les peuples africains. Le Sénégal, la Guinée-Bissau, la Guinée Conakry, le Mali, la Gambie et le Cap-vert ont les mêmes réalités culturelles. C’est pourquoi, je dis que l’intégration est déjà vécue par les populations locales. Il suffit d’une volonté politique de nos Etats pour que cette intégration soit une réalité. L’Afrique de l’Ouest peut servir d’exemple aux autres ensembles pour réussir cette unité africaine tant recherchée ou parvenir aux Etats-Unis d’Afrique.

Wal Fadjri : Quand aura lieu la prochaine édition du Fesicar ?

Carlos Dos Santos : Nous avons décidé d’organiser la deuxième édition au mois de novembre 2008. Cependant nous sommes dans les préparatifs. Pour cette seconde édition, nous comptons apporter beaucoup d’innovations afin que les populations collent davantage à l’événement unique dans son genre dans la région de Kolda. Je voudrais qu’à chaque fois, l’on parle de Vélingara de façon positive, que l’on cite le Fesicar comme référence. Je voudrais aussi faire connaître certains peuples africains qui vivent toujours à l’ère primitive. C’est le cas des Bijagos en Guinée-Bissau qui continuent de s’habiller avec des feuilles d’arbres. Ce sont des zones qui sont réfractaires à l’ouverture. Je crois qu’ils peuvent s’enraciner, mais l’ouverture est une bonne chose pour ces populations qui pourront bénéficier des merveilles de l’invention technologique.

Propos recueillis à Vélingara par Cheikh DIENG

Répondre à cette brève